Une peau artificielle qui détecte le toucher, l’humidité et la température

Une peau artificielle qui détecte le toucher, l’humidité et la température

Une peau artificielle qui détecte le toucher, l’humidité et la température 800 531 Sébastien BAGES

À l’aide de minuscules particules d’or et d’une sorte de résine, une équipe scientifique de l’Institut de Technologie Technion-Israel a découvert comment faire un nouveau type de capteur souple qui pourrait un jour être intégré dans une peau ou un revêtement électronique, ou e-skin. Si les scientifiques comprennent comment rattacher l’e-skin à des prothèses, les personnes ayant subi des amputations pourraient de nouveau être capable de sentir les modifications dans leur environnement.



Les résultats apparaissent dans le numéro de Juin de la revue ACS Applied Materials & Interfaces.

Le secret réside dans la capacité du capteur à détecter trois types de données simultanément. Alors que les revêtements électroniques actuels détectent “seulement” le toucher, l’invention de l’équipe du Technion « peut simultanément détecter le toucher, l’humidité et la température, comme une vraie peau peut le faire », a dit le responsable de l’équipe de recherche, le Professeur Hossam Haick.

En outre, le nouveau système « est au moins 10 fois plus sensibles au contact que les systèmes e-cutanées existants reposant uniquement sur le toucher ».

Une peau artificielle qui détecte le toucher, l'humidité et la température

Illustration avec l’accord du Prof. Hossam Haick, et Institut de Technologie Technion-Israel

Les chercheurs sont depuis longtemps intéressés par les capteurs souples, mais ils ont eu du mal à les adapter pour une utilisation au quotidien. Pour faire son chemin dans la société, un capteur souple doit fonctionner en basse tension (donc compatible avec les batteries des appareils nomades d’aujourd’hui), mesurer une large gamme de pressions et être apte à faire plus d’une mesure à la fois, y compris l’humidité, la température, la pression, et la présence de substances chimiques. Ajoutons à cela que ces capteurs ont aussi l’obligation de pouvoir être utilisable rapidement, facilement et à moindre coût.

Le capteur imaginé par l’équipe Technion possède toutes ces qualités. Son secret est l’utilisation de nanoparticules dans un cocon monocouche, ne faisant que 5 à 8 nanomètres de diamètre. Elles sont conçues à basé d’or et englobé par des molécules de connexions appelées ligands. En fait, « les nanoparticules dans un cocon monocouche peuvent être considérées comme des fleurs, où le centre de la fleur est une nanoparticule d’or ou de métal, et les pétales sont la monocouche de ligands organiques qui protègent le tout », a expliqué Haick.



Une peau artificielle qui détecte le toucher, l'humidité et la température

Illustration avec l’accord du Prof. Hossam Haick, et Institut de Technologie Technion-Israel

L’équipe a découvert que lorsque ces nanoparticules sont déposées sur le dessus d’un substrat – dans ce cas, fait de PET (polyéthylène téréphtalate souple), la même matière plastique que l’on retrouve dans des bouteilles de soda – le composé résultant conduit l’électricité différemment selon la façon dont le substrat est courbé (le mouvement de flexion produit un rapprochement de quelques particules d’autres, ce qui augmente le transfert des électrons entre celles-ci).
Cette propriété électrique expose que le capteur peut détecter une large gamme de pressions, de quelques dizaines de milligrammes à quelques dizaines de grammes.

« Le capteur est très stable et peut être lié à n’importe quelle sorte de surface, tout en conservant sa fonction stable », a expliqué le Dr Nir Peled, responsable de la recherche sur le cancer thoracique et du Centre de Détection au Centre Médical Sheba d’Israël, qui n’était pas impliqué dans la recherche.

Et en faisant varier l’épaisseur du substrat, ainsi que sa composition, les scientifiques peuvent modifier sa sensibilité. Parce que ces capteurs peuvent alors être personnalisés, ils pourraient à l’avenir effectuer quantités d’autres tâches, y compris comme matériel de surveillance des ponts ou encore à détecter des fissures dans les moteurs.

« En effet », a réagi Dr Peled, « la peau artificielle comme biocapteur développée par le professeur Haick et son équipe est une autre percée qui met les nanotechnologies en avant dans l’ère du diagnostic ».

L’équipe de recherche comprenait également Meital Segev-Bar et Gregory Shuster, des étudiants diplômés de l’Institut Technion du département Nanotechnologie Russell Berrie, ainsi que Avigail Landman et Maayan Nir-Shapira, étudiants de premier cycle au Département de génie chimique du Technion.



Citations de Science Daily
Crédit image À-la-Une : Gros plan sur des doigts. Les chercheurs ont découvert comment faire un nouveau type de capteur souple qui pourrait un jour être intégré à une peau électronique. © iStockphoto

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

un × un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.