Une chirurgie expérimentale bariatrique contrôle la glycémie chez les rats atteints de diabète

Une chirurgie expérimentale bariatrique contrôle la glycémie chez les rats atteints de diabète

Une chirurgie expérimentale bariatrique contrôle la glycémie chez les rats atteints de diabète 400 560 Sébastien BAGES

Pour la première fois, des scientifiques de l’Institut de Recherche de l’Hôpital Général de Toronto ont montré qu’une chirurgie expérimentale bariatrique peut abaisser la glycémie chez les rats diabétiques de type 1.


Une équipe, dirigée par le Dr Tony Lam et le Dr Breen Danna, un chercheur postdoctorant dans le laboratoire du Dr Lam, a utilisé un modèle de rat pour étudier de nouveaux éléments nutritifs de détection des signaux dans le jéjunum, situé au milieu de l’intestin. Le Dr Lam et son équipe montrent que la chirurgie de pontage duodénale-jéjunale (DJB) active de nouveaux éléments nutritifs de détection des signaux dans le jéjunum et abaisse rapidement les niveaux de glycémie chez les rats non obèses souffrant de diabète non contrôlé.

La chirurgie DJB est un type de chirurgie bariatrique qui exclut le duodénum et le jéjunum proximal – la première section de l’intestin grêle – et redirige la nourriture dans le jéjunum distal, au milieu de la dernière section de l’intestin. Cette dernière section de l’intestin, comme l’ont démontré le Dr Lam et son équipe, peut détecter le glucose et le signal au cerveau pour laisser savoir au foie qu’il doit réduire la production de glucose, conduisant à un meilleur contrôle de la glycémie chez les rats diabétiques.

L’étude a montré pour la première fois qu’une intervention chirurgicale induit un effet hypoglycémiant rapide chez les rats non-obèses avec un diabète de type 1 non contrôlé, indépendamment d’une réduction de l’apport alimentaire et de la masse corporelle, ainsi que des changements dans les niveaux d’insuline dans le sang.

La recherche a été publiée en ligne le 20 mai 2012 dans la revue internationale de Nature Medecine, dans un document intitulé : “Jejunal nutrient sensing is required for duodenal-proximal jejunal bypass surgery to lower glucose levels in uncontrolled diabetes” pour “la détection jéjunale des éléments nutritifs est nécessaire pour la chirurgie de pontage duodénal-proximal jéjunal afin d’abaisser les niveaux de glucose lors de diabètes non contrôlés”.

« Nous avons constaté que peu de temps après un repas, l’afflux de nutriments dans le jéjunum des rats diabétiques opérés par la DJB active de nouveaux mécanismes de détections pour abaisser la glycémie. Celui-ci est important, car il se produit en présence d’une carence d’insuline et est indépendant de la perte de poids », explique le Dr Lam, qui détient la Chaire The John Kitson McIvor (1915 – 1942), fondée pour la recherche sur le diabète et la Chaire de Recherche du Canada sur l’obésité à l’Institut de Recherche de l’Hôpital Général de Toronto et à l’Université de Toronto. Il est également directeur adjoint de la recherche à la Banting and Best Diabetes Centre de l’Université de Toronto.

Actuellement, les patients avec diabète de type 1 diminuent leur taux de glucose par le biais d’injections d’insuline (habituellement plusieurs fois par jour) et doivent régulièrement surveiller les niveaux de glucose dans le sang. Des niveaux élevés de glucose non contrôlé peuvent entraîner des dommages pour les yeux, les nerfs et les reins, et augmenter le risque de crise cardiaque, accident vasculaire cérébral, cécité, dysfonction érectile, créer des problèmes au niveau des pieds jusqu’à l’amputation. De nombreux laboratoires à travers le monde sont dans une course effrénée pour trouver des moyens alternatifs et efficaces dans lesquels la baisse des niveaux de glucose et une meilleure qualité de contrôle en raison des complications graves qui peuvent résulter de niveaux élevés de sucre.

Le laboratoire du Dr Lam est un pionnier mondial dans l’exploration du rôle de l’intestin dans la régulation de sucre dans le sang. « L’intestin est plus facile d’accès et donc une cible thérapeutique plus prometteuse dans la régulation de sucre dans le sang plutôt que le cerveau ou le foie, en raison de leurs effets secondaires potentiels », explique le Dr Danna Breen, qui est l’auteur principal de l’étude.

Le Dr. Breen ajoute que ce type de chirurgie peut potentiellement avoir une valeur thérapeutique dans la réduction des niveaux de glucose (sucre) pour les personnes non obèses avec un diabète de type 1 ou 2, mais que beaucoup plus d’années d’études sont nécessaires dans le futur pour déterminer si cette approche est efficace et en toute sécurité chez les humains qui souffrent de diabète.

Chez les individus sains, l’insuline est une hormone dont le rôle principal est de réguler la glycémie. Elle est produite par les cellules β des îlots de Langerhans du pancréas, en réponse à l’apport en sucre, qui agissent pour amener la glycémie à des niveaux appropriés, permettant au corps d’avoir l’énergie dont il a besoin pour fonctionner correctement. Chez les personnes diabétiques de type 1, le pancréas ne produit pas d’insuline, ce qui entraîne des niveaux élevés de sucre dans le sang en raison de ce manque qui ne peut pas signaler au foie de réduire la production de sucre. Les personnes atteintes de diabète de type 1 ont besoin de prendre des injections d’insuline quotidiennes et surveiller attentivement leur taux de sucre dans le sang.


« Si de nouveaux médicaments ou des interventions chirurgicales peuvent être développés pour stimuler ce mécanisme de détection dans l’intestin, on peut avoir un moyen efficace et alternatif de ralentir la production du sucre dans le corps, réduisant ainsi les niveaux de sucre dans le sang chez les diabétiques », explique le Dr Lam, qui est aussi un professeur agrégé de médecine et de physiologie à l’Université de Toronto. D’autres études sont en cours dans le laboratoire du Dr Lam qui révèlent de nouvelles cibles moléculaires dans l’intestin, diminuant efficacement le sucre du sang de personnes obèses et diabétiques de type 2.

Les études publiées dans le New England Journal of Medicine de cette année ont remis en question le traitement médical le plus courant des patients avec un diabète de type 2. Deux études ont rapporté que la chirurgie bariatrique induit une rémission chez les patients sévèrement obèses avec un diabète de type 2, et l’a associée à une amélioration significative du contrôle métabolique, au-delà de la thérapie médicale, à la fois conventionnelle et intensive. Un édito parut le 26 avril 2012, par les Drs. Zimmet et Alberti, stipule que « Les chirurgiens peuvent maintenant être en mesure de réclamer un plus grand succès dans la réalisation du contrôle métabolique », chez ces patients, même si des études à long terme, avec un plus grand nombre de patients, ont toujours besoin d’être effectuées. Aucune étude n’a encore publié les interventions chirurgicales comme traitements pour les patients diabétiques de type 1.

« Plus de deux millions de Canadiens souffrent de diabète. Le diabète est une épidémie au Canada et partout dans le monde qui croît à un rythme alarmant », a déclaré le Dr Philip M. Sherman, directeur scientifique de l’Institut de la Nutrition, du Métabolisme et du Diabète à l’Institut de Recherche en Santé du Canada Instituts. « Comme beaucoup de personnes font l’objet d’une chirurgie bariatrique dans une tentative de gérer l’obésité morbide et des problèmes de santés connexes, telles que le diabète, il est essentiel que nous comprenions comment cela fonctionne. Les Instituts Canadiens de Recherche en Santé sont heureux d’appuyer les travaux du Dr Lam, qui augmente notre compréhension et peut offrir une nouvelle approche de la morbidité et de la mortalité prématurée résultants de cette maladie ».

En travaillant avec les rats, les Drs. Lam, Breen et leurs collègues, ont conçu et réalisé une série d’expériences élégantes sur deux différents groupes de rats : les rats dont la production d’insuline des cellules des îlots pancréatiques a été détruite par des toxines, et les rats génétiquement modifiés qui ont connu une destruction spontanée auto-immune des cellules des îlots pancréatiques – semblable à ce qui arrive chez les humains diabétiques de type 1.

Les rats non-obèses avec un diabète non contrôlé ou auto-immune de type 1 ont eu une chirurgie expérimentale DJB, la méthode chirurgicale la plus courante actuellement utilisées pour traiter les patients obèses. Deux jours après, les sucres sanguins étaient normaux chez les rats, déficients en insuline, diabétiques.

Le Dr. Breen a souligné que des études supplémentaires doivent être entreprises afin de déterminer les effets à long terme de cette intervention chez les rongeurs, ainsi que pour assurer la sécurité et l’efficacité de cette procédure chez les humains.


Citations de EurekAlert
Crédit image : © Toronto General Hospital

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

4 × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.