Un détecteur de contact visuel découvert dans le cerveau

Un détecteur de contact visuel découvert dans le cerveau

Un détecteur de contact visuel découvert dans le cerveau 900 586 Sébastien BAGES

Pourquoi l’établissement d’un contact visuel direct avec une personne vous donne ce sentiment d’un lien particulier ? Peut-être parce que cela excite la nouvellement découverte « cellules de l’œil » située dans l’amygdale, la partie du cerveau qui traite des émotions et des interactions sociales.


Ce nouveau type de neurones a été découvert dans un macaque rhésus. Si les humains ont ces neurones aussi, il se peut que leurs facultés soient affaiblies dans des troubles tels que l’autisme et la schizophrénie, qui affectent le contact avec les yeux et les interactions sociales.

Katalin Gothard, une neurophysiologiste de l’Université d’Arizona à Tucson, et son équipe ont placé sept électrodes dans l’amygdale d’un macaque rhésus. Les électrodes, qui faisaient chacun un-dixième de l’épaisseur d’un cheveu humain, leur ont permis d’enregistrer l’activité individuelle de neurones quand le macaque regardait une vidéo mettant en vedette un autre macaque. Pendant ce laps de temps, l’équipe a également suivi la direction du regard du macaque.

Parmi les 151 neurones que les chercheurs ont pu distinguer, 23 se sont activés uniquement lorsque le macaque regardait les yeux du singe dans la vidéo. De ces neurones, que l’équipe a appelé « cellules de l’œil », quatre ont été plus actifs quand le singe dans la vidéo semblait regarder en retour le macaque de laboratoire, comme si les deux animaux avaient établi un contact visuel.

 

Préparé par l’évolution

« Ce sont des cellules qui ont été accordées par l’évolution pour regarder les yeux, et ils extraient des informations sur qui vous êtes, et surtout, sur le ‘faites un contact visuel avec moi’ », a expliqué Gothard. D’autres cellules de l’œil se sont activées selon le comportement du singe dans la vidéo que ce soit d’une manière amicale, agressive ou neutre, mais pas en réponse à un contact visuel.

Martha Farah, une chercheuse en neurosciences cognitives à l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie, qui n’était pas impliquée dans les travaux, a exprimé que c’était une « hypothèse plausible », que les humains ont aussi des cellules oculaires. « Il y a beaucoup de similitudes entre les systèmes visuels de l’homme et du singe », a-t-elle souligné. « Le cerveau humain appartient à une espèce qui est très sociale et très visuelle ».

Le groupe de Gothard va déterminer si les médicaments peuvent augmenter l’activité des cellules de l’œil chez les singes, ce qui suggérait des thérapies possibles pour traiter des conditions qui impliquent un contact visuel et des interactions sociales réduits. « Mais nous devons en savoir plus sur elles », a-t-elle prévenu. « Nous venons juste de découvrir leur existence ».

L’équipe prévoit de tester l’hormone ocytocine, qui semble stimuler le lien social. Le spray nasal d’ocytocine est déjà utilisé comme traitement expérimental de l’autisme.

Gothard a présenté les résultats lors de la conférence de la Society for Neuroscience à la Nouvelle Orléans, en Louisiane, cette semaine.


Citations de NewScientist
Crédit image : © Photos Libres

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Un commentaire
  • Civilisation 2.0 : "Un détecteur de contact visuel découvert dans le cerveau | Technos et humain | Scoop.it 19 octobre 2012 à 13h29

    […] Pourquoi l’établissement d’un contact visuel direct avec une personne vous donne ce sentiment d’un lien particulier ? Peut-être parce que cela excite la nouvellement découverte « cellules de l’œil » située dans l’amygdale, la partie du cerveau qui traite des émotions et des interactions sociales…°°°°°°°°°°°°°Katalin Gothard/University of Arizona : http://www3.physiology.arizona.edu/articles/43  […]

Laisser une réponse

neuf − 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.