C2.0 Actus

Se faire greffer des neurones dès 2013 ?

Se faire greffer des neurones dès 2013 ?

Se faire greffer des neurones dès 2013 ? 561 561 Sébastien BAGES

Dans le cadre de l’étude européenne TRANSEURO, cinq patients atteints de la maladie de Parkinson vont subir une greffe de cellules cérébrales à l’hôpital universitaire Skåne de Lund, en Suède, début 2013. En Europe, ce seront les premières opérations de ce type depuis plus de 10 ans.


L’étude TRANSEURO, qui, en Suède, est dirigée par l’Université de Lund, a décidé de prendre à bras le corps une approche critique de la viabilité de la thérapie cellulaire pour un traitement futur de la maladie de Parkinson. Peut-on remplacer les cellules qui meurent à la suite de nos plus communes des maladies neurologiques ? Quels sont les traitements de l’avenir pour les maladies neurodégénératives comme Parkinson et Alzheimer ?

Sous la direction du professeur de neurologie Olle Lindvall, les chercheurs en neurosciences à Lund avaient déjà mis au point une méthode de transplantation de cellules nerveuses dans les années 1980. En 1987, le neurochirurgien Stig Rehncrona a tenté d’exécuter cette méthode sur le tout premier patient. Cette étude a été historique et a marqué la première réparation du système nerveux humain. Cette nouvelle s’était répandue dans les médias du monde entier et des chercheurs suédois s’étaient vus honorer la première page du New York Times.

« Depuis que les progrès réalisés dans les années 1980 et 90, le domaine de recherche a rencontré de nombreux obstacles. Au début du millénaire, deux études américaines ont donné des résultats négatifs, ce qui signifie que les greffes de cellules pour la maladie de Parkinson en sont venues à une impasse », a regretté le professeur Anders Björklund qui, dans les années 1980, était responsable des découvertes révolutionnaires dans le laboratoire.

Malgré les résultats peu satisfaisants présentés dans les essais américains, la thérapie cellulaire a toujours été considérée comme ayant des effets tout à fait unique dans l’histoire de la recherche ayant pour objectif de contrer la maladie de Parkinson. Un tiers des patients transplantés ont vu d’importants avantages à la thérapie cellulaire sur une très longue période sans médication, dont certains cas jusqu’à 20 ans.

« Pour une maladie avec un traitement médicamenteux très exigeant, et pour lesquels les effets de prises standards commencent à diminuer au bout de 5 ans, la thérapie cellulaire représente un espoir d’une vie différente pour les nombreuses personnes souffrant de Parkinson », a affirmé le professeur Håkan Widner, qui est responsable du recrutement des patients à Lund.

« Les résultats de TRANSEURO joueront un rôle important dans l’avenir immédiat de la thérapie cellulaire en tant que traitement viable. Nous avons examiné les failles des études américaines dans le but d’optimiser la technique, d’améliorer la sélection des patients et de mener un suivi plus personnalisé. Nous espérons que les résultats seront différents cette fois », a expliqué le professeur Widner.


Crédit image À-la-Une : Représentation d’une synapse, une connexion entre les cellules cérébrales. © Christine Daniloff
Citations de EurekAlert

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

2 commentaires
  • Se faire greffer des neurones dès 2013 ? | CRAKKS | Scoop.it 3 décembre 2012 à 13h06

    […] Dans le cadre de l’étude européenne TRANSEURO, cinq patients atteints de la maladie de Parkinson vont subir une greffe de cellules..  […]

  • Partant pour une greffe!!! Malade sla depuis 5 ans .respiration normale .marche avec 2 béquilles .travail toujours .voila

Laisser une réponse

2 × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.