Pourquoi je suis contre le mariage homosexuel ? – Mon grain d’sel

Pourquoi je suis contre le mariage homosexuel ? – Mon grain d’sel

Pourquoi je suis contre le mariage homosexuel ? – Mon grain d’sel 480 362 Sébastien BAGES

Boom ! Un pavé dans la mare. Un titre toujours percutant car c’est un sujet tellement en névrose dans notre État qu’il fonctionne à chaque fois. Des grains d’sel comme celui-ci, vous pourriez penser qu’il y en a des centaines sur la toile. Mais, affectueusement, le titre racoleur n’est pas forcément ce qui semblerait être. Alors accompagnez-nous dans cette lecture afin d’approfondir les pensées du renouveau social de la société française, issues directement de leurs ancêtres quelques siècles auparavant…


Je me suis longuement tâté pour écrire ce billet, et puis j’ai vu une publication intéressante provenant d’un certain élu de l’Assemblée Nationale, relayée par des confrères de Le Monde.fr. Alors je me suis dit qu’il y avait enfin là une réflexion qui se pouvait être pertinente.

Comme beaucoup de penseurs libres, je me suis dit dans les publications de beaucoup de journaux : mais est-ce qu’il faut se limiter aux homosexuels ? Concrètement, le Code Civil parle déjà du mariage pour tous, non ? Puis je me suis ravisé, partant du postulat que le mariage est sans conteste exclusivement religieux, même si le cousin [mariage civil] est légal et paraît un tant soit peu étatique, et donc, laïque.

Pourquoi ne pas légaliser la polygamie ? C’est idiot de contrer avec de telles propositions, la polygamie provient du milieu libertin intellectuel du XVIII qui a notamment donné naissance à la République Française… Je serai parlementaire, je voterai POUR cette proposition. La proposition de supprimer le mariage est aussi quelque chose que je prendrai au sérieux, et qui me semble la proposition la plus intelligente depuis la loi 1905. Dommage qu’elle soit faite à titre non-gracieuse. Bref, plein de bonnes propositions qui pourraient devenir le symbole de la fierté nationale, mais qui ne le seront malheureusement pas…

Houlà, houlà… Doucement mon petit père. D’abord tu nous dis que le mariage est religieux, ensuite tu exultes sur une sorte de décadence, puis tu clos sur une apologie digne du règne babylonien.

Certes, ainsi, je souhaite préciser ma pensée sur plusieurs axes : la polygamie, le polyamour, le trouple, le mariage, l’inceste et l’homosexualité. Comme cela, nous aurons défini des voies de réflexion qui permettront à chacun de se faire son avis, mais en aucun cas de rester indifférent.

 

Le polyamour et le trouple

Certains ajouteraient à ce couple de termes la notion de polygamie, je n’en ferai rien, me contentant d’exposer la réalité, de subdiviser ces trois notions bien différentes. Des définitions plus complètes sont disponibles ici pour le polyamour, et ici et ici pour le trouple.

Le polyamour est un terme nouveau qui signifie être amoureux, avoir des sentiments pour plusieurs personnes. Le trouple est un couple avec une personne en plus, que ce soit femme ou homme, qui généralement se constitue en un triangle amoureux où chacun se sent aussi proche de l’autre.

Le polyamour ou le trouple reprend la symbolique judéo-chrétienne du couple en annexant des personnes à son fonctionnement. Ayant vécu cela d’une façon temporaire, mon expérience à ce sujet m’a permis d’en exposer les fondements et structures. Je n’ai donc pas de problématique particulière face aux personnes pour qui cela fonctionne, mais force est de constater que ce format, à l’identique de celui du couple, n’est pas quelque chose de pérenne.

En effet, en-dehors de la constitution sociale traditionnelle, l’approche est très similaire et donc nécessite une écoute et un espace fusionnel démultiplié. Encore une fois, je ne mets pas en doute les gens pour lesquels cela fonctionne, mais il est clair, et certain, qu’il ne peut y avoir contracture légale sous cette forme, à moins qu’elle ne se démocratise – ce qui est très loin d’être effectif – et passe outre les turpitudes de la vie – idem en ces temps de crise. J’ajouterai qu’administrativement, aussi bien que juridiquement, le casse-tête serait terrible.


 

La polygamie

Sur la notion de polygamie, excluant le polyamour, mais incluant la polyrelation – ou affection temporaire – nous pouvons l’exprimer comme une notion naturelle sacrée, dans le sens : chère aux philosophes et scientifiques déistes (croyances philosophiques basées sur les “super-lois” naturelles comme la gravité). En effet, cette pensée souligne un socle familial statique que l’on pourrait exprimer comme communautaire, sans forcément être homme / femme.

Ce fondement est contractuel et solidaire, et n’est pas dévolu uniquement à un cercle restrictif passionnel, mais plutôt de confiance. Ainsi, cela à tout et idem de la valeur d’un couple souligné par nos textes légaux.

Le problème se positionnant en porte-à-faux à ce niveau est l’identification du mariage civil au mariage religieux. En fait, et de facto, le mariage civil reprend les valeurs du mariage religieux et cela nous amène à l’une des propositions sur la suppression du mariage.

 

Suppression du mariage civil

Force est de constater que les mariages civils reposent tout d’abord, et ce qui est normal historiquement, sur la théologie religieuse. En effet, si vous observez les symboliques d’un mariage civil, vous y trouverez les mêmes délimitations :

  • sexuelles, par la limitation au couple,
  • sensuelles, par l’interdiction du volage,
  • religieuses, le jeu des témoins, la lecture des vœux, les embrassades, etc…

Hors, dans un millénaire d’ouverture et de connaissance et reconnaissance des sciences, il devient d’une grande importance d’appuyer le mariage sur d’autres facteurs… qui ne sont pas l’amour.

Wow wow wow… sans amour ?! Mais vous êtes fous, vous voulez une fornication généralisée et étendue, une fin de la morale, briser toute la société !

Non, bien sûr que non… Quoique… Je définirai l’amour comme étant un concept théologique puisque nativement (dès la naissance), cette idée n’existe pas. Pire, le « je t’aime » est la notion la plus individualiste qui soit. Le ‘je’ kidnappe l’avis de l’autre, en émettant le moi d’abord. En fait, nous pouvons constater que le principe de base des relations de confiance et durable repose sur l’empathie. L’empathie est la base philanthropique de tout Homme – et animal – en-dehors du symbolisme circonstanciel.

Alors, les principes de mixité, appelé actuellement mariage, devraient parler d’empathie plutôt que d’amour. Ajoutons à cela, que nous définissons l’amour comme un sentiment.

Veuillez excuser cette remarque, mais si vous n’avez pas étudié le béhavorisme, il pourrait être complexe de comprendre l’élément suivant.

En effet, comme tout sentiment, il s’agit de quelque chose d’appris – à contrario d’inné – et qui subit donc les impériosités de notre environnement, et est donc fluctuant. Nous pouvons en conclure que de l’amour à la haine, et de la haine à l’amour, sont des notions qui, non seulement ne sont pas contrôlables au niveau légal, mais sont à contrario de ce que peut vouloir une nation qui souhaite une certaine stabilité, voire une croissance.

Bien que la notion de mariage soit un thème intéressant théologiquement, les pouvoirs nous ont amené à connaitre une nouvelle forme d’union : le PACS. Comme le mariage connaît un déclin, l’abandon de cette caricature de mariage religieux qu’est le mariage civil, au profit d’un renouveau du PACS serait une continuité naturelle, voire un impératif.

L’abandon du mariage ne signifie pas l’abandon de l’État, mais un rapprochement plus strict des valeurs des Lumières, par un contrôle systémique d’une méthode de pensées plus sensible au vivant.

 

L’inceste

À fortiori, nous serons d’accord sur le fait que l’inceste est incontestablement quelque chose de négatif, mais cela ajoute une nouvelle pierre à mon postulat où je vois les questions tournoyer toujours et encore autour de la morale sexuelle.

Alors, le mariage doit-il réellement subordonner le sexe ? Il me semble que l’union de deux ou plus de personnes pourrait signifier autre chose qu’une union sexuelle et d’enfantement, cela pourrait souligner l’union de confiance, d’empathie envers d’autres. Je connais personnellement des amis qui sont plus proches de leurs amis d’enfance que de leur propre femme.

Ce rejoint donc…


 

L’homosexualité

Concept dépassé si vous avez bien lu ce qui précède. L’amour libre et l’empathie remplacent les valeurs traditionalistes. Il est bien intégré par la société que s’unir pour former un couple, un trouple, ou plus, n’est pas une gène, et ne va certainement pas contaminer la descendance ou les proches. Nous ne parlons pas d’une maladie, mais d’une forme d’union.

La question qui clôturerait tout cela serait : est-ce que le débat sur le mariage homosexuel, l’avis et les préavis contre, ne devraient-ils pas remonter à la source, à savoir ce qu’est le mariage, et quelle valeur transporte-t-il ? Effectuant cette transition intellectuelle, nous pourrions enlever cette valeur que nos ancêtres avaient affichés pour calmer les clergés et fournir au peuple le droit de décider de leur sort par autre chose, non diriger sciemment par la religion.

 

Une assemblée nationale en complet décalage avec le peuple

En conclusion, le débat qui se présente à l’assemblée ne représente que peu de personnes de la population française. Avec des amis et des proches, il nous semble que le fonctionnement et le statutaire de ce qui y est débattu sur ce fameux mariage homosexuel semble sorti de livres poussiéreux, qui ne sont plus du tout en accord avec la société.

À l’identique, j’ai pu échanger avec des athées, agnostiques et chrétiens qui sont en accord sur le fait que le mariage contenant l’Amour (tel que je l’ai défini plus tôt) et la limitation sexuelle sont des objets des Églises ; et que la nation devrait dépasser cela. Malheureusement, aucun des facteurs civils n’a le pouvoir de publier une telle lettre ouverte qui pourrait être relayée et réellement entendue, cela dans un pays qui fut connu comme le fer de lance de la réflexion libertine, qui a permis de concevoir, entre autres, la République, la séparation du pouvoir gnostique de la science, et de concevoir des humains doués de rationalité.

>>> Nous vous attendons nombreux à commenter <<< Crédit photo À-la-Une : CC One Thousand Words / Flickr

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

4 commentaires
  • Hello,
    Article trés intéréssant.
    Si j’ai bien suivi, le suite logique pour les liens sociaux serait de passer au niveau de l’union civile “libre”, c-a-d la création d’un ménage par un nombre variable d’individus physiques, union qui ne serait ni amoureuse, ni sexuelle, mais uniquement familliale et financière.

    C’est la vrai question.
    Comment créer une cellule familiale pérenne dans la société actuelle, qui prenne en charge l’éducation des enfant qu’elle à reconnue ?

    La réponse, c’est soit l’amour, soit l’argent non ?

  • Avatar
    lejournaldepersonne 30 janvier 2013 à 22h24

    Michèle Onfray
    http://www.lejournaldepersonne.com/2013/01/michele-onfray/

    Personne : On n’a pas toujours le plaisir et le loisir d’interroger un philosophe, quelqu’un dont le métier c’est l’interrogation…la mise ou la remise en question.
    Michèle Onfray, avec un e, s’il vous plaît, a accepté de répondre à notre désir de l’interroger sur un sujet qui défraye la chronique et qui effraye anciens et théologiens : le mariage pour tous… y compris pour tous ceux qui ne sont pas pour le mariage.
    Michèle Onfray… vous passez pour quelqu’un qui ne craint Personne… et vous avez récemment rédigé un article sur le nouvel observateur, magazine qui porte bien son nom, puisque son titre nous suggère d’emblée de ne pas en vouloir à l’observateur parce qu’il est nouveau, jeunot, minot… le candide de Voltaire dans le meilleur des mondes pourris possibles. Je vous dis : Bonjour.

  • Pour s’exprimer, faut-il comprendre, faut-il également étudier le sujet ensuite entrevoir l’intérêt de construire une pensée digne d’être partagée.

    Mais il existe aussi d’autres formes d’expressions qui utilisent l’affectif, le fait divers qui font l’actualité et sur lesquels chacun s’accorde à exprimer son ressenti , sa bien-pensance pour faire valoir des valeurs présumées ou des idées de son milieu d’appartenance.

    Voltaire nous a dit : “l’intérêt que j’ai à croire une chose n’est pas une preuve de l’existence de cette chose”.

    Dans ce sens, Lénine précise, « Un imbécile peut poser à lui seul dix fois plus de questions que dix sages ensemble ne pourraient en résoudre. »

    Certains, se regroupent en diverses communautés, pensant se réfugier derrière l’anonymat et la force du groupe ou de sa tribu.

    Pour ma part, je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions.

    En substance, que justifie un débat sur l’homosexualité, la polygamie, le “polyamour”, le “trouple”, jusqu’à atteindre l’inceste et pourquoi pas pousser le verbiage jusqu’à la pédophilie, le crime, la torture, que sais-je…

    Plus précisément : Pourquoi passer le plus clair de son temps à l’obscurcir ?

  • Le mariage… Mais de quoi parlons-nous exactement ?

    D’une union religieuse ?
    D’une union civile ?
    De protections des biens ?
    De sentiments ?

    L’Union Religieuse
    Si l’on considère le mariage vu par la chrétienté, l’acte sexuel ne doit être commis QUE pour la procréation (et encore, sans plaisirs), le reste est péché. J’en déduis donc que l’anathème devrait être lancé et frapper la quasi-totalité des chrétiens. De plus, sachant, grâce au docteur D.Morris (Docteur en zoologie de l’université d’oxford – Le singe nu) que plus de 50% des hommes et 26% des femmes de la très pieuse U.S.A, reconnaissaient, dès les années soixante, avoir consommé des liaisons extra conjugales, que penser du mariage chrétien ????
    Personnellement, j’en appelle à l’excommunication de tous ces impurs. Non ? Pourquoi ? Cela viderait de par trop les registres du Vatican ?
    Autre question : si le plaisir ne doit pas faire partie intégrante de l’acte sexuel et si Dieu nous a conçu tel que nous sommes, pourquoi la femme a-t-elle un clitoris (d’aucune autre utilité que celle du plaisir) ; cette femme, responsable du péché originel, pourquoi lui offrir un tel cadeau ? Et pourquoi avoir permis l’idée même de l’homosexualité ? Dieu serait-il sadique ?
    A propos de la femme (hormis notre très chère Marie Mère de Dieu), si elle représente le péché premier, LE suprême pêché, il est fort logique de penser que Dieu est masculin. Dans ce cas, les curés et autres moines, unis à Dieu…. Hooouuups, j’entends déjà les mauvaises langues rire sous cape à propos d’homo sexualité mais….je les stoppe là. Dieu n’est pas un homme, Dieu est….Dieu. Par contre, si notre mission sur Terre en tant qu’espèce est de nous reproduire, pourquoi demander à ses plus fidèles serviteurs de ne pas engendrer de futurs fidèles catholiques ????? Les mauvaises langues vont ressurgir pour « sataniquement » évoquer la non dispersion du « capital » de ces fidèles parmi les fidèles.
    L’homosexualité n’est gênante qu’à ce titre qu’elle est contre nature en ce sens où elle nuit à la reproduction. Donc si l’église la refuse, qu’elle réfute également ses moines, sœurs, curés, personnes stériles et autres sapiens « dénaturés ». Juste pour être en accord avec elle-même. Croissez et multipliez-vous (ref : La Genèse – Gn 1.28).
    Compliqué tout ça……

    L’Union Civil
    Le mariage civil s’est inscrit dans le mouvement de séparation de l’Église et de l’État, appelé laïcité, qui débute au XVIIe siècle. – Wikipedia (mariage civil).
    Pourquoi ?
    Une partie d’article relevé dans Libération résume assez bien le propos : (…) Certains s’émeuvent de manière assez hypocrite que les homosexuels réclament le droit à une institution hier décriée comme bourgeoise. Si elle demeure telle, cela n’empêche pas que l’égalité de conditions veuille que l’on en permette l’accès, cela ne sous-entend d’ailleurs pas que l’on en fasse ensuite obligatoirement usage. Mais il est surprenant que ceux qui en sont habituellement les défenseurs se gaussent soudain de ceux qui entendraient la célébrer, au nom du caractère désuet de la chose. D’autres prétendent que le mariage est surtout affaire de symbolique, mais c’est oublier un peu vite que cette symbolique a encore quelques réalités matérielles. Ceux qui ont eu à payer des droits de succession par exemple ont pu comparer ce qu’il en coûte à des concubins, des pacsés ou à un couple marié. Le symbolique a toujours bon dos pour occulter une lecture matérialiste de l’histoire ! Il ne s’agit pas de nier les rites et leurs effets, mais que diable, les conditions de vie ne sont pas les mêmes avec ou sans ledit contrat. Ceux qui refusent le mariage savent ce qu’ils perdent en avantages fiscaux et sociaux. A ce titre, on voit mal ce qui peut justifier des inégalités qui ne peuvent paraître que comme des discriminations dans une société démocratique qui a enfin renoncé au caractère pathologique de l’homosexualité. S’il est des hétérosexuels pour faire le choix de renoncer aux avantages au nom d’un idéal de résistance à l’injonction du mariage, c’est le choix même qui est refusé aux homosexuels. (…) – http://www.liberation.fr/tribune/0101497885-a-quoi-sert-le-mariage
    Nul besoin d’aller plus avant. Le mariage est une histoire de gros sous. Non éparpillement des biens et manne sonnante et trébuchante pour l’Etat. Encore et toujours nous retrouvons….le profit financier.

    La protection des biens
    Je ne développerais pas ici l‘histoire du mariage car il vous suffit de lire le très riche et très documenté « Histoire du mariage » de Sabine Melchior-Bonnet et Catherine Salles ou d’en survoler un résumé (http://www.bouquins.tm.fr/site/histoire_du_mariage_&100&9782221104231.html) pour très vite comprendre que quasiment partout autour du globe et dans toutes les sociétés, la rareté et le temps de travail nécessaire à l’acquisition du patrimoine est entrelacé, voir scellé, à l’histoire de cette union. Moult fioritures et symboles émaillent le tout mais…le fond reste le même : business is business. Quant on pense que la rareté, le temps de travail et la monnaie ne sont plus nécessaires à notre monde mais ne reflète que l’écho obsolète d’un passé dépassé…ça énerve un petit peu, beaucoup, à la folie…passionnément.
    Que de temps perdu, d’énergie mal utilisée et de potentiels et de vies brisés. Pour vous en convaincre 48 minutes d’audiovisuelles suffisent (https://civilisation2.org/un-documentaire-gratuit-resout-la-crise-mondiale-en-48-minutes/).

    Les sentiments
    Vaste sujet….
    Inné ou acquis, nature ou culture ?
    Une fois de plus le débat pourrait durer des heures, des jours, des semaines. Combien de mots écrits, parlés, hurlés et déchirés quant à ce sujet ?
    Je vais faire simple et concis et à chacun de réfléchir avec ses neurones discursifs :
    Dans la proposition « Je t’aime ». Le « je » n’est-il pas une prise d’otage, une condamnation, une obligation, un non choix ordonné à la personne à qui l’on s’adresse ?
    « L’amour » tel que nous le définissons est-il la volonté du bonheur absolu de l’autre ou la volonté que son bonheur passe par « je » et que ce « je » soit l’artisan unique, le seul acteur, le possesseur à l’exclusivité absolu ? L’amour dont on parle dans le mariage ne serait-il pas un copyright vecteur de toutes les pathologies liées aux jalousies et aux envies ?

    En résumé, dans tous cela, où se trouvent les sentiments, les vrais, les purs, ceux que l’on pourrait écrire avec un grand « A » comme dans Amour ? Cet Amour compris dans l’universalité, celui de l’empathie, celui du partage, celui de l’épanouissement, celui de l’enfance, du rire, du don, de la curiosité et de la confiance avec des yeux grands ouverts dans lesquels nous pouvons plongés et où il y a de la place pour…TOUS.

Laisser une réponse

cinq × 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.