Peut-on annihiler la guerre avec la science?

Peut-on annihiler la guerre avec la science?

Peut-on annihiler la guerre avec la science? 175 244 Sébastien BAGES

Les idées, comme la plupart des choses de ce monde sont soumises à la mode, et la mode du moment est de revisiter nos notions contemporaines de la violence humaine.


Dans les The Better Angels of Our Nature: Why Violence Has Declined (Meilleurs Anges de notre Nature), publié le mois dernier par Steven Pinker, psychologue à Harvard, fait valoir que nous avons mal interprété les évidences qui montrent en fait que nous sommes de moins en moins violents que par passé, surtout à cause de la puissance de la modernité, ou de la civilisation.

Dans La Fin de la Guerre, l’écrivain scientifique John Horgan défis aussi nos opinions sur la violence. Cependant, contrairement à Pinker, il réduit la plupart du temps l’objectif à la guerre, et sa possibilité de l’éradiquer. C’est un sillon que Horgan a labouré pendant un moment, via des séminaires informels et des articles de magazine, et maintenant un livre. Pourtant, là où Pinker se penche sur une baisse globale de la violence avec le temps, Horgan fait valoir qu’il n’y a aucune preuve convaincante d’une quelconque activité guerrière soit antique ou soit encore plus anciennement dans l’humanité.

Il expose que Barack Obama a décrété qu’anthropologiquement la guerre “est apparu avec le premier homme”. Nous avons, écrit-il, autant de chances d’être pacifiques que violents, et les évidences prouvent que la guerre est culturelle, ou situationnelle. En tant que tel, son argument d’espoir est que la guerre peut être vu comme un problème se prêtant à l’analyse scientifique et qu’une solution peut donc être trouvé scientifiquement.

La pensée des deux comparses va dans la même direction que beaucoup de scientifiques d’aujourd’hui tel que Jacque Fresco qui travaille de façon à résoudre scientifiquement la faim, la guerre, et la corruption de la société depuis plus de 70 ans. Il a d’ailleurs créé tout un concept en lui donnant le nom de la ville qui héberge son centre de recherche : le Projet Venusportail francophone.


Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Un commentaire
  • je recommande aussi la lecture de "Violence" et "Preventing Violence" par James Gilligan.Je ne crois malheureusement pas qu'il soient traduits en francais.

Laisser une réponse

9 − quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.