[Opinion] Les frontières sont un crime contre l’humanité

[Opinion] Les frontières sont un crime contre l’humanité

[Opinion] Les frontières sont un crime contre l’humanité 623 412 Sébastien BAGES

EYTAN LEVY – La nationalité est une chose étrange. Penser que l’identité est si bien réglée par la géographie plutôt que l’autodétermination pourrait être une idée inquiétante pour certains, mais même les plus rebelles se doivent d’admettre qu’aimer ou détester telles ou telles choses n’est fonction que de votre pays qui définit en grande partie qui vous êtes.


Nous ne sommes pas tous les mêmes bien sûr. Il y a assez de différences parmi les citoyens, même dans le plus petit des pays, pour garder des choses intéressantes. Mais il y a très peu de chance pour que le patrimoine culturel n’ait pas d’impact, avec tout un cortège de construction politique se formant en fonction de la géographie.

C’est pourquoi il est si étrange de penser à la façon dont tout cela est accidentel.

 

Choisissons-nous vraiment notre identité ?

Aucun d’entre nous choisit son pays d’origine. C’est entièrement hors du contrôle de nos petites mains de bébé. Et ceux qui trouvent éventuellement une nouvelle maison adoptive sont tout à fait influencés par les circonstances de leur pays, comme un langage commun ou des structures légales.

Et c’est sans parler du réalisme de la possibilité de déménager. Les citoyens des pays développés ont le luxe d’être capable de déménager, et peut-être plus important encore, ont souvent le luxe d’être en mesure de profiter de voyager sans visa pour prospecter une nouvelle maison temporaire, afin qu’ils puissent goûter à un échantillon de vie locale. Même obtenir un visa longue durée est généralement plus facile pour les citoyens de pays occidentaux que pour d’autres.

Quoi d’autre ? Ces mouvements sont généralement plus pour le plaisir que par nécessité, ce qui n’est généralement pas forcément le cas de ceux issus des régions les plus pauvres, quittant leur maison pour chercher une vie meilleure [1]. Il est plus difficile pour eux de gagner en stabilité que pour nous d’aller en vacances.

 

Les plans planifient nos vies

Les exemples les plus flagrants de ce problème se produisent lorsque les ruptures nettes sont visibles. Le mur de Berlin, le rideau de fer, et chaque Zone démilitarisée sur la planète dressent des barrières entre les communautés, ce qui peut produire des semblants d’effets permanents.

Même sans le spectre de la guerre, ces murs existent. Les citoyens de l’Union Européenne voyagent partout dans le monde sans forcément avoir besoin de visa. Toutefois si vous êtes nés dans les Balkans, vous êtes toujours en train de réclamer l’égalité depuis des décennies. Et la question ne se pose pas au peuple. Mais dépend uniquement de leur lieu de naissance.

frontiere

 

Les couronnes et les guerres

Pires encore, ces frontières sont souvent arbitraires. La carte du monde a souvent été soumise aux caprices des rois, des reines, des khans, des sultans et autres empereurs, dont les conquêtes – alimentées par l’élévation du pouvoir – ont déterminé le sort de milliards d’individus en choisissant pour eux s’ils seraient d’un côté ou de l’autre de la frontière.

Si un roi avait subitement marché vers le nord au lieu du sud, les frontières auraient pu être tout à fait différentes, de même que la vie de ceux qui y sont cloîtrés dans la foulée.

C’est pourquoi toutes les frontières de la planète sont des crimes contre l’humanité.

 

Les frontières sont des conneries

Ce n’est pas une chose à laquelle nous pensons souvent. La France est la France, le Pérou est le Pérou. Nous avons vu les mêmes cartes pratiquement toute notre vie, avec des changements occasionnels parsemés çà et là (le plus souvent dans la division, évidemment).

Mais il est rare de penser à la façon dont ces frontières ont été formées. Si nous le faisions, nous réaliserions immédiatement que tout cela est complètement stupide.

Jetez un œil à quel point les choses ont changé en Europe sur ces 500 dernières années :


 
Vous vous demandez pourquoi ces lignes sont tracées comme elles le sont ? Le plus souvent dans un gloubi-boulga de non-sens et de guerres :

  • La Pologne a été littéralement déplacée vers l’ouest suite à la Seconde Guerre mondiale, avec des villes entières qui passèrent d’une nationalité à l’autre, comprenant des changements d’énormes pans de terres ;
  • Le pape a divisé l’Amérique du Sud entre le Portugal et l’Espagne, déterminant ainsi le sort économique et linguistique de l’ensemble du continent. Dans une note intéressante, le Portugal envisage maintenant de changer la langue portugaise « officielle » pour du dialecte brésilien ;
  • Les Mongols ont conquis presque toute l’Europe. Ils ont fait tout le chemin jusqu’aux portes de Vienne, et sont retournés chez eux uniquement pour un enterrement ;
  • Les Australiens parlent l’anglais seulement parce que les Britanniques s’y sont installés d’abord. Cela aurait très bien pu être la Chine à la place ;
  • En parlant de la Chine, ils ont navigué tout autour du monde à la recherche de cultures et de civilisations aussi avancées que la leur. Ils n’en ont pas trouvé. Juste avant d’arriver en Europe, un empereur a détruit tous les navires lourds d’exploration parce qu’il a supposé qu’il était inutile de voir ce qui se passait là-bas. Ensuite, l’Europe est venue et s’est saisie de tout ;
  • L’Espagne est un énorme gâchis. Le pays dispose de cinq langues différentes et, évidemment, ne devrait pas être un seul pays unifié. Sauf qu’un tel changement pourrait créer un désordre plus important encore. Il a même été utilisé pour inclure le Portugal. Oh, et les Arabes avaient pour habitude de s’accaparer la partie sud. Et… il y a Gibraltar ;
  • L’Autriche et l’Allemagne sont en quelque sorte deux pays distincts. Cela peut sembler bizarre mais l’Allemagne a été des centaines de pays. Les gens de l’époque plaisantaient sur la façon d’attribuer un pays pour chaque jour de l’année ;
  • Le Bangladesh a été utilisé pour être le Pakistan oriental. Oui, ça a fini par tomber à l’eau… L’Inde, la Chine et le Népal les séparent… ce qui n’est pas rien ;
  • L’Italie (comme la France) avait pour habitude de gâcher ses ressources pour de multiples villes-états et des puissances régionales. S’il n’y avait pas eu des efforts d’unification, ils seraient encore au bas-mot, une demi-douzaine de pays différents ;
  • La Russie a vendu l’Alaska aux États-Unis. Imaginez à quel point la situation serait étrange si la Russie l’avait encore.

 
facepalm-C2

 
Et, comme nous le savons, la plupart des cartes du monde ont été dessinées par les puissances coloniales européennes. Ces lignes bien droites dans toute l’Afrique ? Remerciez les Britanniques bien sûr.

Cette approche du « diviser pour mieux régner » a servi les desseins d’une époque. [Ironie de l’auteur] Je suis sûr que rien ne va maladroitement lorsque les frontières sont définies sans penser à la géographie, au climat, à la langue, aux migrations des animaux ou autres. C’est juste parfait !

Pourquoi ce coup de sang ? Il a pour point d’origine une situation pure et simple d’un citoyen britannique qui avait pour ambition d’essayer de vivre en Nouvelle-Zélande. Ils ne n’ont pas voulu le laisser faire. Apparemment, pour prolonger votre visa de travail, vous devez prouver que vous pouvez faire un travail qu’aucun Néo-Zélandais ne pourrait faire. En d’autres termes : « non ».

Je pourrais continuer, bien sûr. Il y a quelques années, j’ai lu le billet d’un résident américain qui avait été déporté au Cambodge pour des délits mineurs. Il avait quitté le Cambodge étant nourrisson et a passé toute sa vie en Amérique, parlant uniquement anglais, et a été expédié de l’autre côté de la planète parce que c’est ce qui se passe pour les non-ressortissants qui commettent des délits mineurs. Cela sonne comme un châtiment cruel et inhabituel pour moi, mais bon… L’Amérique peut être vicieuse.

Et puis il y a l’analyse des avantages économiques internationales indéniables, sur la mobilité sociale dans le monde, qui indique que l’élimination de toutes les frontières doublerait le PIB mondial. Imaginez-vous ça ?

Mais pour moi, c’est surtout une question de la moralité. Reléguer des milliards de personnes à un destin juridique géographique est, pour moi, indistinguable du racisme, de l’antisémitisme, de l’homophobie, ou encore du sexisme. C’est de la discrimination pure et simple.

 

All you need is love !

Je me demande si nous allons jamais atteindre le point où nous considérerons l’humanité comme une organisation singulière, une équipe sans rival, entièrement unifiée dans nos efforts de développement global, de découvertes scientifiques, de réduction de la pauvreté et d’écologie.

Pour moi, nous sommes tous humains. Clairement et simplement. Nous aurions guéri le cancer si nous avions travaillé dans la même direction. Et colonisé la lune. Et dépassé entièrement les histoires d’esclavage. Et ainsi de suite.

J’aime à penser que je suis optimiste à ce sujet. L’accord de Schengen a offert à des millions de personnes de pouvoir voyager. De plus en plus de pays se joignent à des accords de coopérations économiques. L’Asie du Sud envisage un visa touristique unique pour tous les pays. Je m’attends à ce que ce genre de choses se poursuivent, même si les progrès sont lents. Mais je m’attends à une libération progressive de l’enclave dans nos vies.

Nous pouvons y arriver les gars. Pas de « nous et eux ». Juste nous. Et ça va être génial.

[toggle title=”Briser les frontières”]
 

Interview télévisée de Jacque Fresco

Un extrait d’interview de 5 minutes de National Broadcast avec Jacque Fresco sur un programme de télévision appelé Close Up (interview complète ici) :

Pensez à activer les sous-titres[/toggle]

 

Références

1 – Le clip « Là-bas » de J.J.Goldman explique bien ce tiraillement où abandonner est une nécessité, mais également une recherche d’espoir pour une vie meilleure.
* Citations de Matador Network, Snarky Nomad
* Crédit image À-la-Une : © Denise Krebs


Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Un commentaire
  • Vous oubliez juste … la Culture et l’Histoire…. bref l’humain !
    Si vous voyagez et que vous pouvez découvrir des façons différentes de vivre et de s’exprimer artistiquement et linguistiquement etc… ce que nous appelons la Culture, c’est bien parce qu’il y a eu frontières.
    Faites un peu d’histoire, d’anthropologie, de sociologie et vous verrez à quel point votre affirmation implique la disparition des différences qui font la beauté de l’humanité.
    Le monde actuel nie les frontières et son corolaire c’est le nivellement culturel, l’homogénéisation du monde, bref la disparition des différences des cultures.

    Vous démontrez uniquement votre manque abyssal de culture.
    Au fait, les livres sont en vente libre vous le saviez ?

Laisser une réponse

quinze − douze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.