Les gens savent quand il faut agir

Les gens savent quand il faut agir

Les gens savent quand il faut agir 640 356 Sébastien BAGES

Les gens prennent des décisions tout le temps. Quel sandwich acheter, passer par-dessus une flaque d’eau ou la contourner, vers quelle école aller et ainsi de suite. Cependant, les psychologues sont en désaccord sur la façon dont nous sommes bons à prendre des décisions.


« Dans la littérature sur la prise de décision humaine, il y a deux histoires presque parallèles », a déclaré Andreas Jarvstad de l’Université de Cardiff. « Soit nous avons, “les êtres humains sont terribles pour faire des choix”, ou encore “les êtres humains sont aussi bons qu’ils peuvent éventuellement l’être ».

Jarvstad est l’auteur d’une nouvelle étude sur la prise de décision, publiée dans Psychological Science, une revue de l’Association for Psychological Science. Son étude porte sur le choix du nombre de temps consacré à la tâche à accomplir.

Le point de vue que les humains sont à la fois terribles et bons pour prendre des décisions n’est peut-être pas aussi étrange qu’il y paraît. Les scientifiques-psychologues ont établi une distinction entre différents types de décisions : les choix perçus de bas niveaux par rapport aux choix qui impliquent un raisonnement de niveau supérieur. Par exemple, choisir l’endroit où placer vos pieds est un choix de bas niveau, alors que le choix pour investir votre épargne est un choix de haut niveau.

« Imaginez que vous courrez sur un chemin vraiment caillouteux. À chaque pas, vous devez décider sur quelle pierre marcher pour avancer. Certaines pierres seront moins choisies que les autres », explique Jarvstad. Des études antérieures suggèrent que les gens sont bons pour prendre ce genre de décision, mais pauvres à des décisions qui exigent un niveau supérieur d’analyse, comme le choix entre des options financières.


Cependant, l’étude de Jarvstad suggère que cette différence n’est pas toujours présente. Ensemble, avec collègues, Simon K. Rushton et Ulrike Hahn de l’Université de Cardiff et Paul A. Warren de l’Université de Manchester, ils ont cherché à déterminer comment les gens prennent les bonnes décisions “de temps-sur-tâche” – c’est-à-dire combien de temps est consacré sur les tâches à accomplir. Les sujets ont participé à un certain nombre de tâches de bas niveaux assistées par ordinateur (par exemple juger de la direction de mouvement d’un nuage de points) ou de hauts niveaux (par exemple le calcul mental).

Lorsqu’une bonne réponse était donnée, les participants gagnaient un point en récompense ; à l’inverse, ils se retrouvaient avec un point de pénalité si la réponse s’avérait mauvaise (les points ont ensuite été convertis en argent).

Après avoir passé du temps à se familiariser avec les tâches, les participants ont reçu une somme fixe de temps pour terminer autant de tests qu’ils le souhaitaient. « Faire des paquets très rapides de tests peut ne pas être la meilleure approche, car moins de temps vous consacrez à la tâche, plus grandes sont les marges d’erreurs. Mais passer beaucoup de temps sur très peu est également une mauvaise idée, car vous limitez le nombre de points que vous pourriez probablement gagner. Le truc est de trouver le juste équilibre entre les deux ».

Il s’est avéré que les gens étaient bons pour trouver un certain équilibre. « Il ne semble pas important que les gens se focalisent sur une tâche de faible ou haut niveau – ils étaient également bons pour décider combien de temps ils passeraient sur ces tâches », a dit Jarvstad. En fait, les participants se sont retrouvés avec à peu près le même montant d’argent qu’ils auraient gagné s’ils avaient pris en fait des décisions parfaites – et cela était vrai pour les deux types de tâches.

Ces résultats suggèrent que les humains ne sont peut-être pas vraiment intrinsèquement mauvais dans la prise de décisions de hauts niveaux ou bons pour celles de bas niveaux, après tout. « À la réflexion », a noté Jarvstad, « l’idée qu’ils le seraient est probablement un peu étrange ».


Citations de l’Association for Psychological Science
Crédit image : Tabl-trai modifié par S.B.

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Un commentaire
  • Bonjour.

    Intéressant à lire. Mais “la bonne décision” ne dépend-elle pas aussi du niveau d’éducation ?

    Cordialement.

    Guillaume

Laisser une réponse

cinq × 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.