Les cadeaux que nous continuons à donner

Les cadeaux que nous continuons à donner

Les cadeaux que nous continuons à donner 1024 535 Sébastien BAGES

Anniversaires, diplôme, Noël, cadeaux pour le bébé, fête des mères, fête des pères, les premiers mariages (et deuxième … et troisième …), les anniversaires de mariage, le geste d’amitié spontané, l’occasionnel désolé-pour-ce-que-j’ai-fait, les cadeaux d’hôtesse et les cadeaux qui ne tombent pas dans une catégorie reconnue. L’année est remplie de possibilités et obligations de donner et recevoir.


Qui peut donc blâmer une autre personne de faire un peu de recyclage, ou comme c’est communément connu, ré-offrir ? Pas la personne qui a effectivement donné le cadeau original, en dépit de ce qu’un “ré-offreur” peut penser.

Dans un article à paraître dans un prochain numéro de Psychological Science, une revue de l’Association for Psychological Science, les chercheurs de la Stanford Graduate School of Business, la Harvard Business School et la London Business School ont exploré toute la question des points de vue à la fois du donneur d’origine et du destinataire qui peut ou ne peut pas remballer et redonner.

Cinq études ont été nécessaires pour déterminer si la pratique de la “ré-offre”, qui est un tabou social, est vraiment offensante auprès des donneurs. Maintes et maintes fois, les participants, qui avaient été interrogés sur le fait de redonner des cadeaux, ont pensé que les donneurs d’origine seraient plus offensés que ceux qui ré-offraient.

« Redonner n’est pas mauvais » déclare Gabrielle Adams, de la London Business School. « En fait, c’est un moyen d’assurer que les dons sont transmis à ceux qui vont vraiment en profiter. Les gens ne devraient pas avoir peur de faire passer le présent qu’ils ont reçu à quelqu’un d’autre ».

Dans une étude, 178 participants ont été répartis dans les rôles de donneurs et de récepteurs. Ils ont tous lu un scénario dans lequel ils ont été invités à imaginer qu’ils avaient récemment donné une montre en cadeau pour un nouveau diplômé. Les donneurs devaient s’imaginer que le récepteur avait soit redonné la montre à un ami, soit l’avait jeté à la poubelle. Quant aux récepteurs, ils devaient s’imaginer qu’ils l’avaient soit redonnée, soit l’avaient réduite en pièces.


Les réactions pour chaque scénario ont été mesurées sur une échelle de cinq points “offensants”, qui variaient de “très peu à pas du tout” offensé. Ceux qui envisageaient de redonner la montre ou la jeter, ont été invités à évaluer la façon dont le donneur initial serait offensé avec les deux scénarios. Les donneurs ont fait la même chose.

Il en a résulté que les donneurs initiaux étaient moins offensés quand ils ont appris que le récepteur avait redonné la montre que quand ils ont appris qu’il l’avait jetée immédiatement. Mais ceux qui ont reçu le don ont cru que les donneurs seraient offensés, peu importe l’option qu’ils auraient prise. En fait, les récepteurs ont tous assimilé le fait de redonner à jeter.

« La conclusion selon laquelle les récepteurs pensent que redonner est aussi mauvais que jeter à la poubelle un don, a été particulièrement intéressant pour nous », a déclaré Adams. « Les donneurs pensaient que jeter un cadeau serait bien pire que de le redonner ».

Tout cela se résume à des croyances concernant le droit, affirment les chercheurs. Les récepteurs sentent que les donneurs doivent avoir leur mot à dire dans ce qui arrive à leurs dons, tandis que les donneurs estiment que les récepteurs sont en droit de faire ce qu’ils veulent avec un cadeau.

Comment mettre tout le monde d’accord ? Il suffit d’ajouter un autre jour férié à la liste des cadeaux ; celui-ci pourrait être appelé la Journée Nationale de la Re-donation. Adams explique que cette journée spéciale serait une façon de changer la perception des récepteurs pour que ré-offrir paraisse moins offensant.

Sans doute que cela créerait moins de gaspillages et pollutions.


Extrait de Psychological Science de l’Association for Psychological Science
Crédit image : cocoinzenl

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

douze − 10 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.