Les autistes ne lisent pas dans les pensées de Dieu

Les autistes ne lisent pas dans les pensées de Dieu

Les autistes ne lisent pas dans les pensées de Dieu 640 326 Sébastien BAGES

Les gens atteints d’autisme semblent moins enclins à croire en Dieu – une découverte qui a renforcé les théories que la croyance religieuse repose sur la possibilité d’imaginer ce que Dieu pense, d’une capacité connue sous le nom “mentalisation”.


L’une des caractéristiques de l’autisme est une altération de la capacité à inférer et à répondre de ce que les autres pensent, de sorte que les enquêteurs se sont demandés si cela affecterait leur probabilité de croire en un Dieu.

Dans une étude, publiée dans la revue PLoS One, sur les adolescents interrogés sur leurs croyances, les enfants autistes étaient près de 90% moins susceptibles – que leurs semblables non-autistes – d’exprimer une forte croyance en Dieu.

L’étude – cumulée avec trois autres qui remettaient en question des centaines de personnes au sujet de la croyance religieuse et des capacités de mentalisation – a également montré que les hommes sont encore plus mauvais que les femmes à la mentalisation. Ce qui a aussi permis d’exposer qu’ils étaient moins susceptibles que les femmes de croire en Dieu.

« Nous avons pensé que si l’idée d’un dieu personnel engage des capacités de mentalisation, ceux qui étaient déficients de cette fonction auraient une croyance moins intuitive, et donc cela leur serait moins crédible », explique Ara Norenzayan, de l’Université de Colombie-Britannique à Vancouver ua Canada, et co-responsable de l’enquête. « Nos résultats ont été corroborés par plus de quatre autres études ».


Dans chacune des études, conjointement rapportées le 30 mai, Norenzayan et ses collègues ont demandé aux participants d’évaluer leur accord, sur une échelle de 1 à 7, à des questions sur leurs croyances, tels que : « quand je suis en détresse, je me retrouve vouloir demander de l’aide à Dieu ».

Ils leurs ont également demandés de remplir un questionnaire standard, appelée Quotient Empathique, qui demande aux répondants de se noter sur les états tels que : « je suis bon(ne) pour prédire comment une personne se sentira ».

Dans les quatre études, ceux qui ont professé croire en Dieu avaient des scores plus élevés de mentalisation.

Les chercheurs soulignent toutefois que les résultats ne prouvent pas que la croyance en Dieu repose exclusivement sur la mentalisation. « Nous ne pouvons pas déduire la causalité sans des recherches plus poussées », explique Norenzayan, soulignant qu’il y a beaucoup d’autres raisons pour lesquelles les gens peuvent ou ne peuvent pas croire en Dieu, que si oui ou non ils sont bons dans la mentalisation. L’équipe de recherche de Norenzayan a montré, par exemple, que les penseurs analytiques sont moins susceptibles de croire en Dieu.

Norenzayan explique qu’à « l’inverse, les gens peuvent adopter la religion pour une foule de raisons psychologiques et culturelles, indépendantes de l’esprit des capacités “de lecture” ».

« Plusieurs études ont récemment montré une relation entre la mentalisation et la croyance en un dieu personnel », dit Uffe Schjødt, de l’Université d’Aarhus au Danemark, qui a montré par ses propres études que les régions du cerveau, essentielles à la mentalisation, sont actives quand les gens prient. « Leur conclusion est que les lacunes en “mentalisation”, comme on le voit chez les personnes atteintes d’autisme, en corrélation avec une diminution de ces croyances, ne sont guère surprenantes, mais nous trouvons maintenant des soutiens dans de solides données empiriques ».


Citations de NewScientist

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

sept − 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.