C2.0 Actus

Les accidents de l’évolution qui ont fait de nous des humains – Énergie

Les accidents de l’évolution qui ont fait de nous des humains – Énergie

Les accidents de l’évolution qui ont fait de nous des humains – Énergie 300 229 Sébastien BAGES

[box type=”note” ]

[/box]

Bien qu’il soit difficile de comprendre à quel point notre cerveau est devenu si grand, une chose est certaine : les pensées ont besoin d’énergie supplémentaire. Le cerveau utilise environ 20% de notre énergie au repos, comparativement à environ 8% pour les autres primates. « C’est un tissu métaboliquement très exigeant », a dit Greg Wray, un biologiste évolutionniste à l’Université Duke à Durham en Caroline du Nord.


Dans la dernière année, trois mutations ont été découvertes qui pourraient avoir contribuées à répondre à cette demande. Une a été mis en avant avec la publication du génome des gorilles, en Mars (Nature, vol 483, p 169). Cette étude a révélé une région de l’ADN qui a subi une évolution accélérée dans un de nos ancêtres primates, commun aux humains, les chimpanzés et les gorilles, il y a entre 10 et 15 millions d’années.

La région était dans un gène appelé RNF213, le site d’une mutation qui cause la maladie de Moya-Moya – un rétrécissement des artères du cerveau. Cela suggère que le gène peut avoir joué un rôle dans la stimulation de l’approvisionnement en sang du cerveau au cours de notre évolution. « Nous savons qu’endommager le gène peut affecter le flux sanguin, de sorte que nous pouvons spéculer que d’autres changements pourraient l’influer d’une manière bénéfique », déclare Chris Tyler-Smith, un généticien évolutionniste de l’Institut Sanger à Cambridge au Royaume-Uni, qui faisait partie du groupe qui a séquencé le génome du gorille.

Il y a d’autres façons de stimuler l’apport d’énergie du cerveau que juste ‘replomber’ ses vaisseaux sanguins. La source d’alimentation de l’organe principal est le glucose, qui est établi dans le cerveau par une molécule-de-transport-de-glucose dans les parois des vaisseaux sanguins.

En comparaison avec les chimpanzés, les orangs-outans et les macaques, les humains ont un commutateur un peu différent sur deux gènes qui codent les transporteurs de glucose pour le cerveau et les muscles, (Brain, Behaviour and Evolution, vol 78, p 315). Les mutations entraînent une plus grande quantité des transporteurs de glucose dans nos capillaires cérébraux et moins dans nos capillaires musculaires.

« C’est jeter un commutateur, de sorte que vous détournez une plus grande fraction [du glucose disponible] dans le cerveau », explique Wray. En bref, il semble que l’athlétisme ait été sacrifié pour l’intelligence.


<= Cerveau | Éloquence =>

 
Crédit image : Avec le commutateur de sucre – Roger Harris/SPL/Getty Images

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

19 − 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top
Préférences de confidentialité

Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.