L’empathie ne s’étend pas aux opinions politiques

L’empathie ne s’étend pas aux opinions politiques

L’empathie ne s’étend pas aux opinions politiques 660 369 Sébastien BAGES

Quand nous essayons de nous mettre dans les chaussures de quelqu’un d’autre, nous avons l’habitude d’aller jusqu’au bout, en supposant que la personne ressente la même chose que nous. Mais une nouvelle étude publiée dans Psychological Science, une revue de l’Association for Psychological Science, estime que nous avons des limites : nous n’étendons pas cette projection à ceux qui ont des opinions politiques différentes, même dans des circonstances extrêmes.


Les chercheurs ont choisi d’examiner les différences politiques et la perception des partages d’idées entre les personnes des opposions, en se basant sur une recherche antérieure. Nous pouvons très bien percevoir des personnes d’un genre différent ou d’un pays lointain, mais si vous êtes gauchiste, un supporter de droite vous semblera très différent. « Les valeurs politiques sont chargées d’émotions. Les gens sont vraiment sur les dents », explique Ed O’Brien, de l’Université du Michigan, qui a co-écrit l’étude avec Phoebe C. Ellsworth.

Ils se sont intéressés à : comment nous projetons états viscéraux. Ce sont de solides états internes que nous avons du mal à changer. Par exemple, dans une autre étude, les chercheurs ont approché des gens qui attendaient un bus à Ann Arbor, au Michigan, en hiver. Ces personnes, ce fut supposé sans risque, avaient froids.

Habituellement, les états viscéraux sont tellement écrasants que les gens les projettent sur les autres : si j’ai froid, vous devez avoir froid aussi. Mais les chercheurs ont tenté de tester jusqu’à quel point cet effet s’étend.

Chaque volontaire a reçu une courte histoire à lire. Elle était basée sur ​​une personne qui était soit de gauche, soit pro-droits des homosexuels ou encore un promoteur républicain du mariage traditionnel, qui va en randonnée pendant l’hiver, mais se perd, sans nourriture, sans eau, ou sans vêtements supplémentaires. Après avoir lu l’histoire, ce qui leur était le plus désagréable : la faim, la soif, ou le froid ; et ce que le randonneur avait le plus regretté de ne pas apporter avec lui. Ils leur ont également demandé comment le randonneur avait ressenti les tiraillements de la faim, la soif et le froid, ainsi que leurs propres opinions politiques. Les chercheurs ont donné la même tâche à des gens qui étaient chaleureux et aussi confortablement dans une bibliothèque à proximité les uns des autres.

Les gens qui avaient le même penchant politique que le randonneur fictif, avaient jugé que le randonneur était frigorifié comme eux, comme ce la recherche précédente avait prédit. Mais si le randonneur a une croyance politique différente, les sujets n’ont pas été affectés par le froid. Pire, les participants extérieurs à l’histoire ne pensent pas que le randonneur avait plus froid ou plus chaud qu’eux, qui étaient à l’intérieur. Une autre expérience est tombée sur des résultats similaires. Lors de cette dernière, les gens avaient été nourris avec des repas salés dans le laboratoire, en lisant la même histoire. Ceux qui étaient du camp politique adverse, étaient moins susceptibles de penser à la soif du randonneur.

Cela montre que la tendance à projeter vos sentiments sur les autres ne s’étend pas aux personnes qui sont très différents de vous, même lorsque les sentiments de l’autre sont accablants. L’expérience pourrait révéler une limite surprenante à notre capacité d’empathie avec des gens philosophiquement différents de nous. Par exemple, d’autres recherches ont montré que les personnes sont moins susceptibles d’approuver la torture, après qu’on leur ait fait expérimenter. Mais ces résultats suggèrent que les gens pourraient se sentir moins opposés à la torture, si elle est utilisée sur des gens très “différents” d’eux-mêmes. À l’identique, la sensation de faim ou de froid, peut ne pas être assez démonstrative pour faire apprécier la situation des sans-abris, si les gens les perçoivent comme très différents d’eux-mêmes. « Même si vous sentez que la douleur est partagée, vous ne pouvez pas laisser faire quoique ce soit qui ait une incidence sur vos opinions, vis-à-vis de gens sont très, très différent de vous », dit O’Brien.


Citations de Psychological Science

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

10 + 8 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.