Le vieillissement des cellules offre une nouvelle cible pour le traitement d’Alzheimer – Partie 2

Le vieillissement des cellules offre une nouvelle cible pour le traitement d’Alzheimer – Partie 2

Le vieillissement des cellules offre une nouvelle cible pour le traitement d’Alzheimer – Partie 2 1500 1125 Sébastien BAGES

Enfin l’ouverture d’une toute nouvelle voie !


L’équipe de Torres a ensuite cherché des cellules sénescentes dans des tranches de cerveau de fœtus, de personnes âgées de 35 à 50 ans et d’autres âgées entre 78 et 90 ans. Les cerveaux sains des adultes de plus de 35 ans ont six à huit fois plus de cellules sénescentes que les fœtus. En outre, les adultes atteints d’Alzheimer avaient plus de ces cellules que leurs pairs sans la maladie d’Alzheimer d’un âge similaire. « Le nombre de ‘sénescence’ est important », a dit Torres. Dans les plus vieux cerveaux, environ 30% des astrocytes semblaient être marqués par la sénescence, et ce chiffre était de 10% plus élevé chez les personnes atteintes d’Alzheimer.

« Pour la première fois, nous avons trouvé des astrocytes sénescentes dans le cerveau, qui s’accumulent avec la maladie d’Alzheimer », a-t-il dit. « C’est une nouvelle façon de regarder la maladie ». La découverte pourrait aussi expliquer pourquoi de nombreuses autres maladies neurodégénératives sont plus fréquentes avec l’âge.

« L’état inflammatoire est important pour la maladie d’Alzheimer », a déclaré Felipe Sierra, directeur de l’Institut National sur le Vieillissement à Bethesda, dans le Maryland. « Nous ne savions pas d’où les protéines inflammatoires venaient – maintenant il est suggéré qu’elles proviennent d’astrocytes sénescentes ».

Depuis plus de 20 ans, les chercheurs ont essayé de traiter la maladie d’Alzheimer en bloquant l’accumulation des plaques cireuses souvent trouvées dans les cerveaux de personnes atteintes de la maladie, avec peu de succès (voir partie trois). Donc, Torres a également voulu savoir s’il y avait un lien entre la sénescence et le plaques de protéines. Quand son groupe a déposé la plaque de protéines dans des récipients remplis d’astrocytes, ils ont vu que les cellules environnantes de la protéine devenaient sénescentes.

Torres pense que les plaques et les astrocytes vieillissantes se font prendre dans un cercle vicieux – comme les astrocytes sénescence, elles sont moins en mesure de s’acquitter de leurs fonctions comme plaques de compensation, tandis que l’accumulation des plaques entraîne plus de cellules sénescentes (PLoS One, doi.org / JDZ).


Que pouvons-nous faire pour arrêter ce processus ? L’équipe de Torres recherche maintenant si le fait de retarder la sénescence des astrocytes pourrait conjurer la maladie d’Alzheimer. « Si vous pouviez garder les astrocytes jeunes, elles seraient en mesure d’effacer les plaques », a-t-il dit.

Cependant, prévenir la sénescence pourrait ne pas être la meilleure approche, car cette action pourrait augmenter le risque de cancer. Au lieu de cela, il serait peut-être judicieux de tout simplement se débarrasser des cellules sénescentes. La technique a déjà été démontrée comme ayant des avantages énormes chez la souris. L’an dernier, James Kirkland et ses collègues de la Mayo Clinic à Rochester, dans le Minnesota, ont constaté que la suppression de toutes les cellules sénescentes chez une souris avait empêché l’apparition de toute une gamme de troubles liés à l’âge (Nature, doi.org/d9vd9c).

Ce document est particulièrement important, a exprimé Torres. « Si nous pouvions éliminer les cellules sénescentes, alors nous pourrons sans doute effacer la maladie d’Alzheimer ».

Sierra est d’accord. « Peut-être que nous pouvons éliminer les astrocytes sénescentes et enfin obtenir des avancées sur la maladie d’Alzheimer », a-t-il précisé. « Cette sénescence est une chose très ciblée ».

La première étape peut être l’arrêt de la sénescence des cellules du cerveau de sécréter leur breuvage inflammatoire. Campisi et ses collègues ont déjà atteint cet objectif dans une culture de sénescence des cellules de l’organisme. « Nous avons trouvé un composé qui inhibe les sécrétions des cellules sénescentes », a-t-elle dit. « Maintenant, nous travaillons à plus grande échelle ».

« Après 50 ans de recherches, nous n’avons encore aucun remède pour la maladie d’Alzheimer », a déclaré Torres. « Cette découverte ouvre une nouvelle perspective qui pourrait être très importante ».

« Il est trop tôt pour en être sûr, mais c’est une possibilité alléchante », a mitigé Sierra. « Cela me rend très optimiste ».


Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Un commentaire
  • Le vieillissement des cellules offre une nouvelle cible pour le traitement d’Alzheimer – Partie 2 | Chair et Métal – L’Humanité augmentée | Scoop.it 24 octobre 2012 à 14h05

    […] L’équipe de Torres a ensuite cherché des cellules sénescentes dans des tranches de cerveau de fœtus, de personnes âgées de 35 à 50 ans et d’autres âgées entre 78 et 90 ans. Les cerveaux sains des adultes de plus de 35 ans ont six à huit fois plus de cellules sénescentes que les fœtus. En outre, les adultes atteints d’Alzheimer avaient plus de ces cellules que leurs pairs sans la maladie d’Alzheimer d’un âge similaire. « Le nombre de ‘sénescence’ est important », a dit Torres. Dans les plus vieux cerveaux, environ 30% des astrocytes semblaient être marqués par la sénescence, et ce chiffre était de 10% plus élevé chez les personnes atteintes d’Alzheimer.  […]

Laisser une réponse

12 − 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.