Le ratio femme/homme n’est plus le même après le séisme japonais

Le ratio femme/homme n’est plus le même après le séisme japonais

Le ratio femme/homme n’est plus le même après le séisme japonais 623 416 Sébastien BAGES

It’s raining girls (il pleut des filles). Il y aurait eu moins de garçons que de filles nés dans les mois suivant l’énorme tremblement de terre qui a frappé le Japon en mars 2011.


Ralph Catalano de l’Université de Californie à Berkeley et ses collègues ont examiné les dossiers des naissances au Japon entre 2006, jusqu’à fin 2011.

Après le séisme, les naissances dans les zones les plus proches de l’épicentre étaient plus susceptibles d’être des filles, mais les provinces plus éloignées n’ont montré aucune modification habituelle dans les genres biologiques. Environ 2,2% moins de garçons sont nés dans les zones les plus endommagées (American Journal of Human Biology, doi.org/nbj).

Ce n’est pas la première fois qu’un tel décalage a été constaté : moins de garçons sont nés après la chute boursière des États-Unis en 2008, par exemple. La raison peut en être l’évolution, a dit Catalano. Les garçons sont plus susceptibles d’être prématurés et souffrent plus de problèmes liés à un faible poids de naissance que les filles. En période de stress, il peut donc être bénéfique pour la mère de donner naissance à une fille.


Cependant, il n’est pas certain que le stress amène un plus haut taux d’avortement ou une diminution dans le nombre de conceptions masculin. Les tremblements de terre constituent plutôt un test physique pour cela, a stipulé Catalano. Si les naissances montraient immédiatement après un décalage entre les sexes, cela suggérait que le stress déclenche des fausses couches. Un phénomène s’est aussi bien déclenché neuf mois plus tard exposant moins de conceptions de garçons.

L’équipe a trouvé des preuves pour les deux. Plusieurs mécanismes peuvent être à l’œuvre, a souligné Catalano. Les fœtus produisent une hormone appelée gonadotrophine chorionique humaine, qui leur sert à se camoufler du système immunitaire de la mère. La faiblesse des fœtus mâles réside dans le fait qu’ils produisent moins de cette hormone, ce qui signifie qu’ils peuvent être moins protégés d’attaques.

William James de l’University College de Londres pense que le niveau de testostérone du père joue un rôle. durant les périodes avec un stress élevé, a-t-il exposé, les hommes produisent moins de testostérone, ce qui peut réduire le nombre et la qualité des spermatozoïdes “mâles” – portant un chromosome sexuel Y.

Cet article est apparu dans la revue sous le titre “Les tremblements de terre japonais boostent le nombre de naissances de filles”.


Citations de New Scientist

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

quinze + dix-huit =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.