Le marché de l’énergie renouvelable éclipsera le gaz dès 2016

Le marché de l’énergie renouvelable éclipsera le gaz dès 2016

Le marché de l’énergie renouvelable éclipsera le gaz dès 2016 700 374 Sébastien BAGES

La ruée vers le gaz est en train de se faire largement distancer par la course aux énergies renouvelables. Selon les dernières projections de l’Agence Internationale de l’Énergie, d’ici à 2016 la production mondiale d’électricité d’origine éolienne, solaire, hydroélectrique et d’autres formes d’énergie renouvelable dépassera celui du gaz naturel – et devraient être le double de celle fournie par les centrales nucléaires.


Cette flambée est alimentée en grande partie par les économies émergentes. La Chine ouvre la voie, représentant pas moins de 40% de la croissance mondiale prévue dans les énergies renouvelables entre 2012 et 2018, l’AIE – a noté l’AIE, un organisme basé à Paris en relation avec 28 pays membres.

Donc, nous sommes sur la bonne voie pour effectuer une transition du charbon vers un avenir faible en carbone à base d’énergies renouvelables. Mais est-ce que le gaz naturel agira comme un ‘carburant transitoire’ temporaire ?

Pas vraiment, à en croire les analystes de l’énergie : des changements majeurs dans la politique sont encore nécessaires si le monde veut éviter de basculer dans le seuil du +2°C que les climatologues disent constituer un réchauffement climatique “dangereux”.

 

De nouvelles économies

Aux États-Unis, un boom de la production du gaz de schiste a éclipsé les efforts pour élargir les énergies renouvelables. La croissance des énergies dites vertes a également ralenti en Europe. Mais les nouvelles puissances économiques représentées par la Chine, l’Inde et le Brésil prennent le relais. « Il est clair que les énergies renouvelables ont marqué une reprise très rapide », a explique Richard Newell, qui dirige le département Initiative Énergétique de l’Université Duke à Durham, en Caroline du Nord.

À première vue, cela semble correspondre à un récit dans lequel le gaz naturel comblerait le fossé d’une décennie ou deux avant de céder la place à un avenir fondé sur les énergies renouvelables. Mais il y a des problèmes avec cette illustration – principalement un manque de politiques à long terme dans de nombreux pays pour encourager des investissements suffisants dans les centrales d’énergie renouvelable.

« Aujourd’hui, l’incertitude politique représente le plus grand obstacle », a annoncé la directrice générale de l’AIE, Maria van der Hoeven lors du forum économique des énergies renouvelables de Wall Street à New York, le 26 Juin.

Le gros problème avec l’idée que le gaz est simplement un carburant de transition est que les centrales au gaz qui sont commandées aujourd’hui pourraient avoir une durée de vie de trois à quatre décennies, s’est saisi Michael Obeiter, un analyste du climat et travaillant pour le Programme de l’énergie à l’Institut des Ressources Mondiales, un think tank dans la ville de Washington. Ainsi, il sera difficile d’éliminer progressivement les combustibles fossiles dans les délais nécessaires pour éviter un changement climatique dangereux – qui nécessite d’importantes réductions à partir de 2030.

En effet, l’AIE a elle-même mis en garde dans un rapport de 2011 que les centrales à combustibles fossiles devant être construites au cours des cinq prochaines années sont déjà susceptibles de bloquer la planète sur un réchauffement de 2°C.


 

Investissement potentiel

Ce qui est nécessaire, disent les analystes de l’énergie, est de garantir aux investisseurs, et ce, à long terme, que les centrales renouvelables en cours de construction seront désormais aptes à offrir un meilleur rendement économique que ceux tirés par le charbon ou le gaz naturel. C’est une faiblesse du plan climat du président américain Barack Obama, qui a été annoncé à la fin du mois de juin, ne disposant pas d’objectifs à long terme qui pourraient être mis en place s’il était en mesure de convaincre le Congrès à adopter une nouvelle législation.

Et bien que la croissance rapide de la Chine dans l’hydraulique, le solaire et l’énergie éolienne soit impressionnante, elle doit être mise en rapport avec les demandes croissantes de la nation pour l’énergie et sa forte dépendance résiduelle au charbon.

Les dirigeants chinois envisageraient de veiller à ce que les gaz à effet de serre du pays atteigne un pic en 2025, puis chute. Malgré cela, les analyses du Groupe Énergétique Chinois au laboratoire national Lawrence Berkeley, en Californie, brossent un tableau très ombragé.

Selon David Fridley, un des problèmes majeurs est que la Chine dépend du charbon, non seulement pour la production d’électricité, mais aussi pour des usages tels que la production d’acier et la fabrication d’engrais – qui génèrent également de grandes quantités de gaz à effet de serre. Ainsi, même une expansion agressive des énergies renouvelables et du nucléaire ne saurait pousser la Chine à quitter une production énergétique s’appuyant sur ​​le charbon, a en diminuer jusqu’à la moitié de ses besoins d’ici 2050.

En mettant tout cela ensemble, les chances d’éviter un changement climatique dangereux semblent encore minces. « Il faudrait avoir des propositions et des changements d’orientations majeurs dans les suggestions actuelles de la politique », a souligné Newell.

Des idées peuvent toutefois être trouvées ici et là suivant les spécialistes. Par exemple, en 2012, un conseil de chercheurs de l’Université de Toronto avait souligné l’importance d’une forte réactivité pour la protection environnementale par l’ambition de créer un organe mondial décisionnaire afin d’assurer la durabilité de la Terre, dans le cadre de pallier aux déficiences politiques. Des chercheurs de CSIRO se sont plaints dans la revue Nature du manque de décision pragmatique dans la politique ; ou encore des idées pour rassembler les scientifiques pour la protection de la nature, ici et ici. D’autres encore, au centre de recherche de Venus, en Floride, plaident pour une restructuration mondiale économique complète et l’émergence d’une culture planétaire et cosmopolite.


Citations de New Scientist
Crédit image : La dynamique chinoise pour les énergies renouvelables est importante, mais aussi sa dépendance au charbon – © Top Photo Corporation / Rex

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

huit + 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.