L’avion du futur pourrait récupérer et produire son énergie

L’avion du futur pourrait récupérer et produire son énergie

L’avion du futur pourrait récupérer et produire son énergie 2560 1600 Sébastien BAGES

Demain, l’avion pourra contribuer à l’acquisition de sa propre énergie en utilisant la rotation de la roue de son train d’atterrissage.


Ils pourraient tous utiliser l’énergie de l’effet rotatif au décollage ou à l’atterrissage, ce qui aurait pour effet de réduire la pollution, les nuisances sonores et faire des économies de carburant.

La faisabilité de ce projet a été confirmée par une équipe d’ingénieurs de l’Université de Lincoln avec une participation financière de la principale agence gouvernementale d’aide et de soutien aux projets : Engineering and Physical Sciences Research Council (EPSRC).

L’énergie produite par le système de freinage d’un avion pendant l’atterrissage – actuellement gaspillée en chaleur produite par le frottement des freins à disque de l’avion – serait captée et transformée en électricité par des moteurs-générateurs intégrés dans le train d’atterrissage. L’électricité serait alors stockée et fournie aux moteurs de moyeu dans les roues de l’avion pour un décollage ultérieur.

“Circuler sans moteur” pourrait donc bien devenir une réalité. Le Center Européen de recherche en aéronautique (ACARE) a conçu ce produit et a pour objectif d’équiper la flotte industrielle Européenne d’ici à 2020.

« La circulation au sol des appareils est très énergivore et est en grande partie la cause des pollutions sonores occasionnée par les moteurs de jet, qui sont les problèmes dominant dans le monde entier », déclare le professeur Paul Stewart, qui a dirigé les recherches.

« Si la prochaine génération d’avions qui émergera dans une quinzaine ou une vingtaine d’années pourrait intégrer ce type de technologie, d’énormes avantages pourront en être tirés, en particulier pour les personnes vivant à proximité des aéroports. Actuellement, les avions commerciaux passent beaucoup de temps sur l’asphalte avec leurs bruyant moteurs en marche. Dans l’avenir, cette technologie pourrait réduire de façon significative la nécessité de le faire. »


L’université de recherche de Lincoln a participé à un projet qui visaient à évaluer la faisabilité et à rechercher la manière de capter le plus d’énergie possible lors de l’atterrissage.

« Lors de l’atterrissage d’un Airbus 320, par exemple, la combinaison de son poids et sa vitesse lui confère 3 Mégawatts en pic de puissance, explique le pr Stewart. « Nous avons exploré une grande variété de possibilités d’exploiter cette énergie, telles que la production d’électricité à partir de l’intéraction entre des bobines de cuivre intégrées à la piste et des aimants liés à l’appareil alors alimentés par le réseau électrique local. »

Malheureusement, la plupart de ces techniques n’étaient pas réalisables ou ne seraient tout simplement pas rentables. Mais l’étude a montré que la capture d’énergie de façon directe des trains d’atterrissage d’un avion, et son recyclage pour sa propre utilisation, étaient des solutions qui pouvaient réellement fonctionner. Particulièrement, si ces solutions étaient intégrées avec les technologies issues de la recherche actuelle en relation avec les avions “plus-électrique” ou “tout-électrique”.

Un certain nombre de défis techniques devront être surmontés. Par exemple, le poids serait une question-clé. Il s’agira dans ce cas, de trouver un moyen de minimiser la quantité de transformateurs et matériaux conducteurs électroniques utilisés dans un système embarqué de récupération d’énergie, et de les identifier.

Le projet a été réalisé avec l’appui de l’EPSRC, l’Airport Energy Technologies Network (AETN) créé en 2008 pour entreprendre la recherche en direction d’une faible émission carbone dans le domaine de l’aviation, et en collaboration directe avec l’Université de Loughborough.


Traduit de l’article original ScienceDaily

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

5 × trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.