La sonde Voyager 1 est entrée dans le «Purgatoire Cosmique», Où aucune sonde n’est jamais allée auparavant

La sonde Voyager 1 est entrée dans le «Purgatoire Cosmique», Où aucune sonde n’est jamais allée auparavant

La sonde Voyager 1 est entrée dans le «Purgatoire Cosmique», Où aucune sonde n’est jamais allée auparavant 525 411 Sébastien BAGES

Plus de trois décennies après son lancement depuis la Terre, Voyager 1 est sur ​​le point de quitter le système solaire. La sonde, qui a été initialement lancée en 1977 avec sa compagne, Voyager 2, est entrée dans une nouvelle région inexplorée de l’espace entre notre système solaire et l’espace interstellaire. La NASA la décrit comme une sorte de «purgatoire cosmique», rapporte le Telegraph.


Les missions initiales des Voyagers étaient d’étudier Jupiter et Saturne, mais jusqu’ici ils ont juste continué leur chemin vers les confins de l’espace interstellaire. Chacun d’eux a suffisamment de carburant à bord pour continuer jusqu’en 2020, Voyager 1 sera alors à environ 19,95 milliards de kilomètres du soleil.

Pour l’instant, Voyager 1 est environ à 17,7 milliards de kilomètres du soleil et voyage à un peu moins de 17,7 kilomètres par seconde, envoyant des données à travers cette distance au fur et à mesure de sa progression. Le purgatoire cosmiques est défini ainsi car c’est une sorte de région qui délimite la bulle qui enveloppe notre système solaire et l’espace extra-solaire.

Les vents solaires y sont erratiques et là – pour la première fois – Voyager fournit une preuve. Cette couche de stagnation en marge du système solaire a été longtemps théorisée, mais c’est la première preuve solide de l’existence de cette frontière.

Voyager 1 passera probablement encore des mois voire plus d’un an à traverser cette zone de stagnation avant d’émerger dans l’espace interstellaire (Voyager 2 le suivant de peu). A l’instant où elle entrera dans l’espace interstellaire, ce sera le premier objet artificiel conçut par l’homme à le faire et restera l’objet ayant le mieux voyagé, sans trop d’encombres. Au-delà de ce point, des premières données nous seront retournées et le monde aura un premier aperçu réel de ce qui définit les limites de notre propre système solaire.


 
Crédit image : NASA

Traduction de l’article original PopScience, par Sébastien B.

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

quinze + un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.