La rareté est le socle commun à la violence et aux guerres

La rareté est le socle commun à la violence et aux guerres

La rareté est le socle commun à la violence et aux guerres 491 264 Sébastien BAGES

Il s’agit là d’un phénomène très peu étudié, en particulier en France où les politiciens (et donc les budgets) sont très favorables à la théorie religieuse de la nature humaine, mais il est intéressant d’avoir des avis émanant d’outre-Atlantique à ce sujet… Vous pouvez aussi voir notre article sur la nature humaine remise en question ici ou ‘Pourquoi je déteste le libre arbitre‘.


Quelqu’un s’est récemment exclamé : « comment peut-on tuer des enfants et leurs mères pour un lopin de terre, une idéologie ou une religion … ? » – La note était à propos de la crise concernant Gaza. Question qui m’a poussé à réagir dans une perspective post-rareté et de s’attaquer à l’une des causes de la guerre.

Je sais que c’est une question rhétorique, ou peut-être pas, mais néanmoins je mettrai en lumière la façon dont les guerres sont à cause de la terre ; plus exactement d​es ressources provenant de la terre. Les humains sont souvent à se battre pour des ressources rares appartenant à d’autres, et à tuer des congénères pour acquérir davantage de ressources. Telle est la nature de toutes les violences. La survie est améliorée pour le vainqueur de la guerre.

Les idéologies ou les religions des agresseurs contre les défenseurs sont arbitraires. Les croyances sont aléatoires et non significatives, en dépit de ce que les gens pensent attribuer à telle ou telle religion. Sans regarder les non-sens d’une croyance spécifique, il faut noter qu’elle reste très importante pour réunir une faction contre une autre dans la bataille pour les ressources. Les idéologies religieuses ne sont que des outils, des armes, dans la bataille pour les rares denrées. La religion est un point de ralliement culturel, un véhicule permettant aux dirigeants de contrôler leurs soldats.

Il est moins nécessaire de se battre pour des ressources à notre époque actuelle, mais la bataille pour acquérir des ressources rares est un trait de survie profondément ancré, depuis le début de la vie sur Terre, donc c’est un trait difficile à briser en dépit des preuves croissantes que nous nous approchons de l’âge de post-pénurie.

Je ne suis pas en train de justifier la guerre ou la violence, je ne fais qu’expliquer pourquoi les gens vont en guerre (pourquoi les gens tuent des gens). Je ne veux pas justifier une guerre, je suis contre toutes les guerres, car il y a des moyens plus intelligents pour les êtres humains d’interagir. Mais il est important d’expliquer pourquoi les guerres se mettent en place, il est important d’expliquer pourquoi les gens font ce qu’ils font. Beaucoup de personnes ne se soucient pas que d’autres se fassent tuer. Ils sont habitués à l’horreur donc ils ignorent allègrement la dernière atrocité en Irak, en Afghanistan, en Égypte, en Russie, en Inde, en Israël, en Palestine ou toute autre partie du monde. C’est triste mais c’est vrai. On peut dire d’ailleurs que c’est collective anomie généralisée systémique, qui est un problème causé par la rareté où la survie brute l’emporte sur la sensibilité. Peut-être le plus grand problème de la rareté est une rareté de l’intelligence.

Quelqu’un a suggéré que les vendettas ne sont pas basées sur la rareté, mais je suggère le contraire. Une querelle de sang ou une vendetta est un problème de pénurie, car les batailles passées pour survivre se sont basées sur la pénurie et continueront avec une certaine vigueur en raison de la pénurie de l’instant.


Une autre personne a suggéré que la psychopathie n’est pas une question de rareté. Pourtant, je suggère aussi le contraire. Je pense que la psychopathie est tout à fait un symptôme du dysfonctionnement social créé par la rareté. La rareté crée la dysfonction sociale. Ainsi, lorsque la rareté se fait sentir, cela devient un terrain très fertile pour être un psychopathe. Les psychopathes ne peuvent exister que dans une situation de pénurie, parce que sans la rareté les graines de psychopathie ne poussent pas. J’ai également mis en exergue la façon dont la violence humaine n’est pas un instinct animal venant d’une partie plus primitive du cerveau humain.

La violence chez les animaux primitifs existe, et est, en outre, basée sur la pénurie. Notez comment les chimpanzés peuvent être violents envers les autres chimpanzés. Dans la vidéo ci-dessous un chimpanzé ennemi est tué et mangé dans une guerre mineure. Pourquoi un raid survenu en territoire contrôlé par des chimpanzés voisins ? Est-ce que ce serait pour obtenir plus de terres, équivalentes à la diminution de la pénurie alimentaire ? Auraient-ils besoin de manger leurs ennemis si la nourriture et la terre n’étaient pas rares ? Est-ce différent de la question initiale qui est de se demander pourquoi les humains tuent d’autres êtres humains pour un bout de terre ?

Attention, certaines images de cette vidéo pourraient heurter votre sensibilité.

J’ai aussi découvert une autre bonne vidéo, toujours sur les chimpanzés. Prenez acte de la démonstration suivante sur la manière dont les chimpanzés peuvent se liguer contre, et finalement tuer un membre de leur tribu.

Attention, certaines images de cette vidéo pourraient heurter votre sensibilité.

Les animaux font aussi des infanticides, particulièrement chez les hippopotames et les ours polaires, ce qui est encore une fois une question de pénurie. Cette violence chez les animaux provient de la rareté, exactement la même que chez l’homme. La violence peut être une tentative directe pour gagner plus de ressources ou atteindre un plus haut niveau hiérarchique, qui marque tout aussi bien la pénurie, car une plus grande hiérarchie implique un plus grand pouvoir d’achat (in fine, plus de ressources).

Il a été également supposé que la violence humaine pourrait être fondée sur l’ego, et donc, en situation de post-rareté, la violence ne serait pas éliminée. Mais là encore, je suis en désaccord. L’ego-mental est la source de toute chose humaine, mais cela ne signifie pas que tout peut être réduit à une cause égocentrique. Le combat est une question de rareté, l’ego veut survivre, mais la survie est menacée en raison de pénuries. Ainsi, l’ego se bat pour survivre. Si les gens sentaient qu’il n’y avait absolument aucune menace pour leur existence, alors il n’y aurait pas besoin de combattre, et ce, malgré que l’ego soit tel qu’il est. Le problème exposé ici est que la rareté menace notre existence.


Bientôt tout deviendra gratuit et nous entrerons dans une ère de post-pénurie, qui nous fera prendre conscience de l’éviction des actes de violence. Cependant, nous pouvons commencer à réduire la souffrance monétaire dès aujourd’hui. Par une plus grande sensibilisation de l’ère imminente de la liberté, une ère où tout est gratuit, nous pourrions nous entraîner à abandon sans retenue des chefs de file, au profit de technologies cruciales pour la création ‘Post-Pénurique’, dans l’objectif d’accélérer son arrivée. Quand le peuple réalisera comment toutes ces choses dans un avenir pas très lointain seront gratuites, il y aura moins besoin de contrôler des profits fous, moins besoin d’argent mis de côté. La mainmise sur l’économie sera assouplie, il n’est pas nécessaire de faire sortir la dernière goutte d’argent des pauvres, il n’y a pas besoin de violence.

La rareté des terres sera bientôt obsolète. Nous approchons d’une époque où tout le monde sera en mesure d’imprimer son vaisseau spatial personnel, puis s’envoler dans l’espace où les planètes sont essentiellement infinies. Les imprimantes 3D combinées avec des nanotechnologies super-efficaces et l’Intelligence Artificielle (IA) assureront à tout le monde une auto-suffisance avec un accès facile à des ressources illimitées.

Actuellement, nos imprimantes 3D – toutes merveilleuses soient-elles – sont primitives et stupides, mais dans relativement peu de temps, elles seront intégrées avec des IA. Imprimer une autre imprimante est super. Imaginez quand nous pourrons imprimer des IAs ou des imprimantes-IA aussi facilement que nous imprimons maintenant des pièces d’échecs.

La violence et la pénurie vont bientôt prendre fin.

Ce texte émet plusieurs pensées, synthèses et idées socles de scientifiques contemporains. Mais vous, chères lectrices et chers lecteurs, qu’en pensez-vous ?

Citations de Singularity Weblog. Merci à Singularity Utopia pour cet article.

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

10 commentaires
  • La rareté est le socle commun à la violence et aux guerres | Point of view | Scoop.it 27 novembre 2012 à 14h42

    […] Il s’agit là d’un phénomène très peu étudié, en particulier en France où les politiciens (et donc les budgets) sont..  […]

  • Vous rêvez un peu quand vous dites que bientôt la rareté , la violence ,…. Vont finir.
    Et l’exemple des vaisseaux spatiaux imprimés en 3D est tellement prématuré qu’il faut le mettre immédiatement en couveuse (alimentée par le solaire, bien sur)

    Autrement oui, la rareté alimente la violence. Elle est entretenue la rareté par la spéculation et la thésaurisation de la masse monétaire (en grande partie virtuelle si ce n’est fictive) par les 1% privilégiés.

    Je ne suis pas marxiste mais un peu de culture marxienne vous éviterait d’avoir à tout réinventer dont qqs impasses d’analyse.

    Ok c’est peut-être une traduction, OK les fraicheurs d’analyse des américains nous redonne qqs relances de réflexions mais bon, la culture européenne nous donnerait qqs longueurs d’avance complémentaires de cette fraîcheur US!

  • Bonjour, un très bon article….à mon avis, c’est bien la loi de la nature qui dicte l’homme , la frustration est aussi une cause de la violence des animaux comme des hommes.
    Accepté que lhomme est un animal…pour soi même se corriger, les dirigeants voient l’homme dans sa globalité…une rationalité qui vous suppriment l’émotion, les guerres sont humaines…l’ingéniosité des stratégies et tactique de guerre dépassent l’entendement, un jeu d’échec tridimensionnel…

  • @Mehdi : Une petite question Qu’appelles-tu loi de la nature? Est-ce la loi du plus fort? Du mieux adapté? Si oui une autre question. Qu’est-ce qui rend cette loi naturelle nécessaire à la survie? Selon moi, ce n’est seulement parce que les animaux sont obligés de lutter pour obtenir leur nourriture de la nature qui en l’absence de moyen de productions industriels n’est pas suffisante pour tous.

    Jacques Fresco du Venus Project explique très bien ce comportement en prenant pour exemple les différence de comportements entre herbivores et carnivores. Si les herbivores sont placides et non violent la plupart du temps c’est parce qu’ils savent que la nourriture est abondante contrairement aux carnivores qui se doivent d’être agressifs et armés car capturer une proie est difficile. ils doivent donc être capable de chasser et de défendre leur butin. Si d’un coup les arbres faisaient pousser de la viande, ils cesseraient en quelques générations d’avoir un comportement agressif car ce ne serait plus nécessaire et trop couteux en énergie.

  • @Grégoire.
    La loi de la nature….pour moi….c’est elle qu’elle régie notre vie…vis à vis de l’adaptation à notre environnement… instinct de survie , les herbivores… sont aussi violents…les chiens de prairie tuent les bébés de leur propre clan…pour la rareté ou l’auto régulation, les éléphants mâles…lorsque qu’ils sont frustrés…ils peuvent êtres violents avec les petits éléphants, les buffles tuent les lionceaux…instincts de survie, les plantes…toutes espèces vivantes…sont dans une lutte pour la survie….les rivalités,les luttes d’influences…c’est le dépassement de soi, comprendre le monde qui nous entourent…c’est comprendre les hommes, ce que j’ai pu comprendre…dans le mot rareté…c’est l’adaptation à la survie.
    La rareté du pétrole, au-delà de ça rareté…le contrôle du pétrole…une donnée indispensable pour contrôler ces rivaux, garder un avantage dans la compétition des nations…les plus forts vivent…les autres survivent.
    Les guerres sont humaines…malgré ces atrocités…il y a de belles petites histoires individuelles, comme les primates…un chef décide de partir en guerre….le groupes suit sans réfléchir…l’instinct de survie du groupe…désobéir…on n’est mis à l’écart, les hommes c’est identiques…sauf que certains hommes savent dire non, pour moi essayé de comprendre notre monde…c’est avoir des repères pour comprendre les agissements des hommes….entre autre la dissonance cognitive…la réduire en n’ayant tres peu de repères…c’est la pensée instinctive qui s’exprimera….emotinnelement.violence…peur…angoisse….stress, ce qu’ont ne comprend pas fait peur….la peur nous poussent à nous défendre ou de fuir, voir les guerres en n’étant citoyen et les voir en n’ayant la responsabilité de tout un peuple, c’est voir les hommes comme des ensembles…..les uns contre les autres, chaque ensemble est soumis à des pressions…relâcher ces pressions…cela passe entre autre…par différentes guerres…guerre subversive….guerre d’information….guerre économique….guerre asymétrique….cyber guerres…guerre par procuration…guerre d’ingérence…guerre stratégique….guerre globale….guerre politique, nous sommes tout le temps en guerre.
    C’est ma vision des choses…la réel question…c’est le mode de gouvernance…à t’ont besoin d’être gouverner ? À mon avis oui…aujourd’hui…demain cela dépend de la loi de la nature…une nouvelle adaptation pourrai contraindre à responsabiliser les citoyens….développer la pensée cognitive à l’ensemble des citoyens et pas seulement à une poignée d’élite.
    C’est ma vision des choses de la vie…

    • @mehdi :
      Donc pour résumer ce que tu dis, on est d’accord que la rareté a généré les comportements actuels “compétition”, “survie”, … Mais tu penses que les comportements sont trop profondément encrés et que pour qu’un réel changement de comportement arrive il faudra un changement violent dans la nature (comme par exemple un changement climatique, une météorite, ou autre). Cela veut-il dire que tu ne penses pas que l’éducation et la technologie peuvent constituer une source de changement suffisant? On est pourtant déjà bien différents de nos ancêtres. En 100 ans nous avons accompli des choses merveilleuses et qui sont et seront le socle du monde de demain. La machine à laver, le moteur à explosion, internet, ont commencés à nous libérer des anciens modes de vies basés sur le travail permanent. J’utilise le mot travail dans son sens commun (activité obligatoire de celui qui veut survivre) et pas sa définition philosophique (activité de l’homme par laquelle il atteint et accompli sa liberté et son bonheur).

      Quand tu parles de chefs je suis d’accord avec toi encore une fois. Les plus grands changements qui sont a la base de notre civilisation actuelle ne sont pas décidés par les très autoproclamés hommes politiques mais sont issus de la collaboration de milliers de scientifiques, d’ingénieur, d’enseignants et d’artistes.

      C’est marrant comment on peut être d’accord sur les observations et les hypothèses du fonctionnement de notre société et ne pas être d’accord sur les solutions pour résoudre ces problèmes.

  • Je suis tout à fait d’accord avec vous, au-delà d’une catastrophe écologique,Je pense que le changement peut venir…d’un point de vue sociologique… scientifique, une adaptation contrainte à une évolution technologique, à mon avis internet
    va nous permettre de faire un bond dans les mentalités, une étude à pu apercevoir des modifications de perception chez les plus jeunes….d’après eux…c’est du à internet…les jeux vidéos…nouveaux modes de communications, entre autre…ils en résultait…une perception plus large…une sur-activité cérébrale (école ennuyeuse)…une remise en question
    de l’autorité, de mon point de vue…je ne vois que du positif..
    J’imagine bien une société….une philosophie de base (conscience de soi et des autres)…des la maternelle…une éducation qui prend en compte l’individu…valoriser chaque élève…mettre en avant les qualités de chacun…arts…sports…math…science…langues etc…, chacun d’entre nous a des qualités propres à soi, essayer d’aider les élèves à découvrir leur talents cachés, tirer le meilleur de chacun…pour l’ensemble de tous, develloper la pensée cognitive des le plus jeune âge, pour une société avec des citoyens responsables.
    C’est juste un point de vue personnelle…de ce que j’ai pu apprendre, seulement comme vous dites…le changement ne se fera pas par le haut, mais bien par en bas…beaucoup de scientifiques…chercheurs s’engagent…ils mettent en ligne leurs recherches…afin que ce soit accessible…aux citoyens qu’ils veulent s’informer, personnellement j’ai appris beaucoup de choses grâces à internet, le savoir plus qu’hier est à la portée de tous.

  • La rareté est le socle commun à la violence et aux guerres | Politique & Société Actuelle | Scoop.it 30 novembre 2012 à 13h13

    […] Il s’agit là d’un phénomène très peu étudié, en particulier en France où les politiciens (et donc les budgets) sont..  […]

  • La rareté est le socle commun à la violence et aux guerres | Autres Vérités | Scoop.it 30 novembre 2012 à 16h50

    […] Il s’agit là d’un phénomène très peu étudié, en particulier en France où les politiciens (et donc les budgets) sont..  […]

  • Je trouve intéressant de se poser la question de la rareté comme source originaire de la violence. Cependant la croyance en des technologies qui vont tout résoudre et ce dans peu de temps, me donne le goût âcre de la fuite en avant, bref d’une solution illusoire. Il me semble plus réaliste même si extrêmement difficile à mettre en place de parvenir à mettre en place un nombre maximum d’enfants par famille, le même pour tous. Seul le temps permettra à cette idée de faire sa place. Personnellement je diffuse autour de moi cette notion, dans le but de l’insuffler dans la culture et de la voir, j’espère un jour, acceptée ou en tout cas appliquée et revendiquée par un grand nombre d’individus. En ce qui me concerne, je ne compte pas avoir plus tard, plus de deux enfants. Les progrès viendront, on l’espère, cependant tant qu’ils ne sont pas, la date de l’arrivée de technologies miracles est inconnue. Il relève un peu du délire, à mon sens, d’y croire un peu trop. Nous devons composer avec notre réalité d’aujourd’hui, et pour éviter la rareté, évitons le manque et par conséquent le nombre d’êtres humains sur la planète.

Laisser une réponse

2 × 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.