La fin de la mise en danger des scientifiques dans les labos ?

La fin de la mise en danger des scientifiques dans les labos ?

La fin de la mise en danger des scientifiques dans les labos ? 853 517 Sébastien BAGES

Mahoro, co-développé par l’Institut National de Science et de la Technologie Avancée du Japon (AIST) et Yaskawa Electric, est un androïde d’usage général pour l’automatisation des travaux de laboratoire qui devaient auparavant être effectué manuellement.


Le robot peut effectuer des tâches telles que l’administration et la culture (par ex : cellulaire), plus rapidement et plus précisément que l’humain. Ainsi, il peut faire des tests cliniques et travailler dans des zones avec des risques biologiques de manière efficace.

« Par exemple, pour développer des médicaments contre l’influenza, nous faisions des essais d’infection chaque jour, en utilisant des souches virulentes de la grippe. Ce travail est très dangereux, il devrait donc être fait par des robots. Nous devions aussi faire beaucoup de tests avec des matières radioactives. Celles-ci devraient également être faites par des robots », a décrit Tohru Natsume, superviseur de l’équipe de Contrôle des Système Biologiques à AIST.

« Nous avons essayé divers systèmes robotisés, a continué Tohru, mais si nous construisions des robots à usage spécial, quand on modifie les procédures d’essai ou l’on passe à des projets différents, ces robots deviennent inutiles. En outre, les robots sont très chronophages à développer. Donc, nous avons voulu développer un robot qui peut faire ce que font les gens, en utilisant le même outil que les gens utilisent. C’est pourquoi nous avons développé Mahoro ».

Lorsque la précision du travail, dans les essais d’amplification génétique, a été comparée entre Mahoro et de vraies personnes, la précision de l’androïde était meilleure que celle des techniciens chevronnés. Mahoro a également fait le travail en une moitié de temps.

« Les bras Mahoro possèdent sept articulations. En comparaison, les robots d’automatisation d’usine en ont seulement jusqu’à six. […] Mais avec un septième axe, le mouvement du coude peut être reproduit. Cela permet au robot de se déplacer comme cela ».


Auparavant, pour enseigner à un robot possédant de nombreuses jointures, un énorme travail de programmation était nécessaire. Mais l’avantage de Mahoro est qu’il acquiert des compétences et habilités facilement, notamment grâce à un espace virtuel sur un ordinateur.

« Tout d’abord, nous utilisons un scanner 3D, pour capturer des données CAO 3D [ndlr : Conception Assisté par Ordinateur] pour tous les outils que nous voulons utiliser. Quand nous entrons ces données dans l’ordinateur, nous créons un banc virtuel et un robot virtuel. Par exemple, si nous voulons prendre un tube à essai à cette position de la main, tout ce que nous devons faire est de cliquer dans cette direction, et la main du robot ira là-bas. nous faisons également des simulations de collision. Bien sûr, nous pouvons changer librement la façon dont divers outils sont disposés. Ainsi, sur l’ordinateur , nous pouvons simuler les meilleurs endroits pour les mettre, et créer des mouvements. Pour ce faire, nous n’avons même pas besoin de mettre des chiffres dans cette technologie de programmation avancée ».

Mahoro est vendu par Nikkyo Technos, et est déjà utilisé dans les entreprises pharmaceutiques et les universités au Japon. À partir de maintenant, l’entreprise veut améliorer davantage la sécurité du robot, de sorte qu’il puisse travailler en coordination avec les gens.

Citations de DigInfo
Crédits médias : DigInfo, AIST & Yaskawa Electric

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

3 × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.