[Interview] Mars One, à la rencontre d’une réalité eutopique (1/3)

[Interview] Mars One, à la rencontre d’une réalité eutopique (1/3)

[Interview] Mars One, à la rencontre d’une réalité eutopique (1/3) 623 260 Sébastien BAGES

S’il y a des projets qui cumulent peu de chances d’arriver à une nouvelle étape, Mars One en est sans doute l’un des représentants.


Lorsque Bas Lansdorp, ingénieur néerlandais, a décidé en 2011 de lancer une association pour aller coloniser Mars, certains l’ont pris pour un fou, tandis que d’autres ont parlé de génie. En effet, au vue des crises économiques mondiales, rares sont les États souhaitant investir autant que ce projet le demande en si peu de temps : l’économie avait freiné l’innovation.

Ce n’est vraiment qu’après un an de travail acharné que le premier sponsor aligna la monnaie et, par la même, fît débuter cette aventure qui paraissait et paraît toujours impossible. Mais sont-ce pas les mêmes choses que la population et les scientifiques soulignaient pour l’aviation ? Pour aller sur la Lune ? Ou bien d’autres choses et conquêtes que les humains ont arrachées avec beaucoup d’efforts ?

Depuis hier, Mars One a clôturé une nouvelle étape de son calendrier et nous pouvons dire que c’est un succès. Le 9 août 2013, ils étaient 100000 à vouloir partir pour un ticket aller sans retour vers Mars.

Alors que ce chiffre n’a cessé d’augmenter jusqu’à hier, jour de fermeture des inscriptions, c’est au tour de ces personnages du monde entier de subir les foudres populaires sur l’impossibilité, les risques de mort, (…), torturant plus psychologiquement les candidats que ne le ferait l’espace lui-même. Considérant cela comme un premier tri darwinien, un candidat, plus précisément une candidate, garde toujours un moral d’acier que tout le monde pourrait lui envier.

Civilisation 2.0 Actus a décidé d’interviewer cette jeune femme qui a déjà une longue carrière derrière elle et dont les réponses aux questions qui nous ont été posées montrent son déterminisme à aller le plus loin possible, et, pourquoi pas, sur Mars.

De qui parlons-nous ? Florence Porcel.


Civilisation 2.0 Actus – Bonjour Florence Porcel, pourriez-vous nous dire qui vous êtes, quel a été votre parcours, que faites-vous aujourd’hui et quel est ce grand projet que vous entretenez ? Hé oui, tout ça !

Je m’appelle Florence, j’ai 30 ans, je viens de Châlons en Champagne, je vis à Paris depuis plus de 10 ans, j’ai fait une école de comédie musicale pendant trois ans pour en sortir chanteuse, danseuse et comédienne, j’ai un DEUG d’Anglais et un Master 2 professionnel de Journalisme Culturel.
FlorencePorcel
J’ai fait un CV-court-métrage façon Amélie Poulain fin 2009 qui a eu beaucoup de succès bloguesque et médiatique et même si je n’ai jamais trouvé ce que je cherchais à l’époque, il m’a permis d’être repérée par Vinvin qui m’a embauchée en 2011 pour travailler sur le Grand Webze (France 5) puis sur Le Vinvinteur (France 5) l’année d’après.

Je suis aussi la créatrice du podcast vidéo hebdomadaire « La folle histoire de l’Univers » qui traite des sciences de l’univers. Et là, je suis actuellement chroniqueuse dans « La tête au carré », le magazine scientifique de France Inter animé par Mathieu Vidard, chaque lundi et jeudi. J’y parle beaucoup d’espace et de planètes.

Si vraiment tu n’as rien à faire et que tu veux que je te raconte ma vie, tu peux cliquer là aussi.

Sinon, je suis candidate pour un aller simple vers Mars, parce que vu le prix de l’immobilier à Paris, je me suis dit que ce serait cool d’aller dans le seul endroit du système solaire où on n’ait pas de facture à payer.

Mon profil est ici, tu peux me mettre 5 étoiles pour une planète mais c’est pas obligé vu que ça ne me sera d’aucune aide pour passer le deuxième tour.


La suite ? >>

Partie 1 : Présentation
Partie 2 : Préparation et décollage
Partie 3 : Sur Mars ?

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

seize − deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.