C2.0 Actus

Imprimer des tissus humains vivants

Imprimer des tissus humains vivants

Imprimer des tissus humains vivants 554 369 Sébastien BAGES

Les scientifiques ont fait un pas de plus pour être en mesure d’imprimer des tissus de remplacement de parties malades ou endommagées du corps, en utilisant des imprimantes à jet d’encre, grâce au développement d’une cartouche spécialisée.


Les chercheurs connaissent depuis un certain temps (exemple Organovo) la possibilité d’utiliser les têtes d’impression d’une imprimante à jet d’encre classique, disponibles dans le commerce, pour imprimer des cellules humaines vivantes dans des structures en 3D. Mais la conception de la cartouche capable de transporter les cellules par l’imprimante a été un véritable défi.

Le Centre d’Excellence d’ARC pour les Sciences des Électromatériaux (ACES) à l’Université de Wollongong a demandé à une équipe de scientifiques – dont Cameron Ferris, le Dr Kerry Gilmore, le Dr Stephen Beirne, le Dr Donald McCallum, le professeur Gordon Wallace et le professeur agrégé Marc de la Panhuis – de développer un nouveau type de bio-encre qui améliore la viabilité des cellules vivantes et permet un meilleur contrôle du positionnement de ces cellules par l’intermédiaire du processus d’impression.

« Jusqu’à aujourd’hui, aucune cartouche disponible n’avait été optimisée d’une part en terme de capacité d’impression, d’autre part, concernant la capacité de la cellule à être en suspension », selon le chercheur associé Cameron Ferris, travaillant à l’ACES.

Imprimer des tissus humains vivants

L’image montre des cellules musculaires (vert) et nerveuses (rouge) suspendues dans la bio-encre. L’imprimante les sort sur un bio-papier de collagène-hydrogel. – © Université de Wollongong


« Notre nouvelle bio-encre est imprimable et compatible avec la cellule, empêchant sa colonisation et permettant son dépôt contrôlé ».

Les structures 2D imprimées avec la bio-encre permettent un contrôle pointu sur la distribution de cellules, ce qui présente déjà des opportunités intéressantes pour améliorer le suivi de médicaments et les processus de tests en toxicologie. Sur cette base, les bio-impressions 3D, avec lesquelles des tissus spécifiques du patient pourraient être fabriqués ou remplacés, se trouvent à la portée des chercheurs.

Imprimer des tissus humains vivants

La représentation artistique d’une gouttelette contenant des cellules apparaît en premier plan. – © Université de Wollongong

« Le développement de la chimie, qui autorise des protocoles de fabrication, nous rapproche non seulement de dispositifs pratiques, mais nous offre de découvrir des protocoles expérimentaux de la science fondamentale jusque-là inexplorés », a expliqué avec enthousiasme le Directeur-Professeur Gordon Wallace.

Les résultats de la recherche ont été publiés dans la revue Biomaterials Science, et exposé dans Chemistry.

L’Université de Wollongong s’est engagée à améliorer la santé de toutes les personnes vivant dans le Illawarra, et au-delà, à travers des recherches approfondies sur les causes et le traitement de maladies graves.

« Ces avancées en bio-fabrication fournissent une base pour lutter contre les maladies que l’on pensait auparavant ‘instoppables’ – bientôt nous pourrons les voir à l’action », a déclaré le professeur Wallace.


Citations de l’Université de Wollongong, via Science Alert
Crédits images À-la-Une : Cameron Ferris contribue au progrès de la biofabrication qui fournira une base pour lutter contre les maladies que l’on pensait auparavant instoppables. – © Université de Wollongong

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

3 commentaires
  • Imprimer des tissus humains vivants | DIY – Raspberry Pi | Scoop.it 2 décembre 2012 à 17h17

    […] Les scientifiques ont fait un pas de plus pour être en mesure d’imprimer des tissus de remplacement de parties malades ou..  […]

  • Imprimer des tissus humains vivants | CRAKKS | Scoop.it 2 décembre 2012 à 18h30

    […] Les scientifiques ont fait un pas de plus pour être en mesure d’imprimer des tissus de remplacement de parties malades ou..  […]

  • Civilisation 2.0 : "Imprimer des tissus humains vivants | Technos et humain | Scoop.it 3 décembre 2012 à 15h05

    […] Les scientifiques ont fait un pas de plus pour être en mesure d’imprimer des tissus de remplacement de parties malades ou endommagées du corps, en utilisant des imprimantes à jet d’encre, grâce au développement d’une cartouche spécialisée…°°°°°°°°°°°°° University of Wollongong :http://media.uow.edu.au/news/UOW136812.html  […]

Laisser une réponse

4 + trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.