Du métal présent dans le cerveau des oiseaux comme GPS ?

Du métal présent dans le cerveau des oiseaux comme GPS ?

Du métal présent dans le cerveau des oiseaux comme GPS ? 489 211 Sébastien BAGES

Chaque année, des millions d’oiseaux migrateurs font d’héroïques voyages à travers les océans et les continents, guidés par le champ magnétique de la Terre. La façon dont ils peuvent détecter les champs magnétiques a intrigué les scientifiques depuis des décennies.


Toutefois, une collaboration entre le Laboratoire Keays de l’Institut de pathologie moléculaire (IMP) de Vienne et des chercheurs du Center Universitaire de l’Australie occidentale pour la Microscopie, la Caractérisation et l’Analyse (CMCA) ont ajouté quelques pièces importantes du puzzle.

Les travaux, qui viennent d’être publiés dans la version en ligne de la revue Current Biology, rapporte la découverte de billes de fer dans les neurones sensoriels aviaires. Ces cellules nerveuses, appelées les cellules ciliées, se trouvent dans l’oreille et sont responsables de la détection du son et de la gravité.

De manière remarquable, chaque cellule a une bille unique de fer, et toujours au même endroit dans chaque cellule.

« C’est très excitant. Nous trouvons ces billes de fer dans chaque oiseau, qu’il s’agisse d’un pigeon ou d’une autruche, mais pas chez les humains », a déclaré Mattias Lauwers, chercheur à l’IMP qui a découvert les billes.


Le Dr Jeremy Shaw, chercheur associé à la CMCA, qui a étudié le fer dans le corps des animaux, allant des mollusques jusqu’à l’Homme, a déclaré qu’il s’agissait d’une découverte étonnante.

« Malgré des décennies de recherches, ces billes de fer très exposées n’avaient jamais été observées auparavant », a déclaré le Dr Shaw. « La nature ne cesse de nous surprendre avec différentes façons d’utiliser le fer par les animaux ».

Le Dr Shaw et son collègue du CMCA, le chercheur-Professeur Martin Saunders, tous deux spécialisés dans l’utilisation de la microscopie électronique analytique, ont aidé à analyser les nouvelles structures de fer et à les décrire dans la publication.

Cette découverte s’appuie sur des travaux antérieurs issus du laboratoire Keays et CMCA datant de l’an dernier, et qui ont montré que les cellules riches en fer du bec des pigeons – que l’on croyait être des capteurs magnétiques – étaient seulement et uniquement des cellules sanguines [classiques].

« Ces cellules sont de bien meilleures candidates, car ce sont définitivement des neurones », a déclaré le chercheur et responsable du groupe à l’IMP, le Dr David Keays. « Mais nous sommes loin de comprendre le fonctionnement de ces capteurs magnétiques – nous ne savons toujours pas ce que font ces mystérieuses billes de fer ».

« Qui sait, peut-être que ce sont des magnétorécepteurs insaisissables ? ». Mais il est sûr que de nombreuses études s’appuieront sur cette fabuleuse découverte.


Citations de ECOS Magazine – UWA
Crédit image À-la-Une : Thermos/Wikimedia CC BY-SA 2.5 – Des chercheurs ont découvert que toutes les cellules neuronales des espèces aviaires possédaient une unique bille de fer, qui est exactement à la même place dans chaque cellule. Ces billes sous chez les oiseaux, mais pas chez l’Homme.

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

deux × 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.