C2.0 Actus

[Dossier] Les secrets de votre second cerveau – Le facteur bien-être

[Dossier] Les secrets de votre second cerveau – Le facteur bien-être

[Dossier] Les secrets de votre second cerveau – Le facteur bien-être 300 389 Sébastien BAGES

Ceci est la partie 2 de notre dossier sur « Les secrets de votre second cerveau ». Si vous n’avez pas lu les pages précédentes, nous vous invitons à le faire en commençant par le chapitre « Introduction ».


Le second cerveau partage également de nombreuses caractéristiques avec le premier. Il est constitué de divers types de neurones, dont les cellules gliales de soutien. Il a sa propre version de la barrière hémato-encéphalique (barrière qui protège le cerveau dans le crâne contre les flux de sang) pour maintenir son environnement physiologique. Et il produit une large gamme d’hormones et de neurotransmetteurs environ 40 des mêmes catégories que celles trouvées dans le cerveau. En effet, les neurones de l’intestin sont pensés pour générer la dopamine autant que ceux dans la tête. Curieusement, environ 95 pour cent de la présente sérotonine dans l’organisme à un moment donné à l’ENS.

Que font ces neurotransmetteurs dans l’intestin ? Dans le cerveau, la dopamine est une molécule de signalisation associée au plaisir et au système de récompense. Elle agit de même dans l’intestin. Par exemple, elle est utilisée dans la transmission de messages entre les neurones qui coordonnent la contraction des muscles dans le côlon. Agissant également dans la transmission de signaux au SNE est la sérotonine – mieux connu comme la molécule du ‘bien-être’ impliquée dans la prévention de la dépression et de régulation de la température du sommeil, de l’appétit et du corps. Mais son influence s’étend bien au-delà. La sérotonine produite dans l’intestin pénètre dans le sang, où elle est impliquée dans la réparation des cellules endommagées du foie et des poumons. Elle est également importante pour le développement normal du cœur, ainsi que la régulation de la densité osseuse par inhibition de la formation osseuse [supplémentaire] (Cell, vol 135, p 825).

Mais qu’en est-il de l’envie ? Évidemment, le cerveau intestinal n’a pas d’émotions, mais peut-il influencer ce qui se passe dans votre tête ? Le consensus général décrit que les neurotransmetteurs produit dans l’intestin ne peuvent pas entrer dans le cerveau – même si, en théorie, ils pourraient entrer de petites régions qui n’ont pas de barrière hémato-encéphalique, y compris l’hypothalamus. Néanmoins, les signaux nerveux envoyés à partir de l’intestin au cerveau semblent affecter l’humeur. En effet, une étude publiée en 2006 indique que la stimulation du nerf vague peut être un traitement efficace pour la dépression chronique pour qui n’a pas répondu à d’autres traitements (The British Journal of Psychiatry, vol 189, p 282).

Quelques signaux allant de l’intestin au cerveau peuvent aussi expliquer pourquoi les aliments gras nous font nous sentir bien. Lorsqu’ils sont ingérés, les acides gras sont détectés par des récepteurs cellulaires de la muqueuse de l’intestin, qui envoient des signaux nerveux vers le cerveau. Il est possible que ce ne soit pas simplement pour vous tenir informé de ce que vous avez mangé. Des scanners cérébraux de volontaires ayant reçu une dose d’acides gras directement dans le tube digestif ont montré qu’ils avaient une plus faible réponse psychologique à des photos et à de la musique conçues pour qu’ils se sentent tristes, par rapport à ceux qui ont reçus une solution saline. Ils ont également déclaré se sentir triste d’un facteur de ‘moitié de tristesse’ contrairement au groupe témoin (The Journal of Clinical Investigation, vol 121, p 3094).


Il y a d’autres preuves de liens entre les deux cerveaux dans notre réponse au stress. Le sentiment de ‘papillons’ dans votre estomac est le résultat du sang qui est détourné pour nourrir vos muscles comme une réaction à l’introspective du cerveau quant à lutter ou fuir. Cependant, le stress entraîne aussi l’intestin à augmenter sa production de ghréline, une hormone qui, en plus de vous assurer le sentiment d’avoir plus faim, réduit l’anxiété et la dépression. La ghréline stimule la libération de dopamine dans le cerveau à la fois directement, en déclenchant les neurones impliqués dans le plaisir et les voies de récompense, et indirectement, par les signaux transmis via le nerf vague.

Dans notre passé évolutif, l’effet anti-stress de la ghréline a peut-être été utile, car il nous aurait fallu être calme quand nous nous sommes mis en quête dans la recherche de nourriture, a expliqué Jeffrey Zigman de l’UT Southwestern Medical Center, à Dallas au Texas. En 2011, son équipe a rapporté que les souris exposées à un stress chronique ont recherché des aliments gras, mais celles qui ont été génétiquement modifiées pour être incapable de répondre à la ghréline n’ont pas eu ce comportement affecté (The Journal of Clinical Investigation, vol 121, p 2684). Zigman a noté que, dans notre monde moderne, avec le libre accès aux aliments à haute teneur en matières grasses, le résultat d’un stress chronique ou d’une dépression peut être une élévation chronique de la ghréline – et donc, de l’obésité.

Gershon suggère que des liens forts entre notre intestin et notre état ​​d’esprit ont évolué, car un grand nombre d’informations sur notre environnement provient de notre intestin. « Rappelez-vous que l’intérieur de votre intestin est vraiment à l’extérieur de votre corps », a-t-il dit. Ainsi, nous pouvons voir le danger de nos yeux, l’entendre avec nos oreilles et le détecter par notre intestin. Pankaj Pasricha, directeur du Centre Johns Hopkins en Neurogastroentérologie à Baltimore, dans le Maryland, a souligné que, sans l’intestin, il n’y aurait pas d’énergie pour nous maintenir en vie. « Son dynamisme et son bon fonctionnement sont tellement critiques que le cerveau a besoin d’avoir un lien direct et intime avec l’intestin », a-t-il présenté.

Mais jusqu’où ces comparaisons entre les deux cerveaux peuvent être permises ? La plupart des chercheurs parlent aussi d’une mémoire – Gershon n’est pas l’un d’eux. Il raconte l’histoire d’une infirmière de l’armée américaine (à l’hôpital) qui a administré des lavements sur les pupilles de patients paraplégiques à 10 heures, tous les matins. Quand elle est partie, son remplaçant a abandonné la pratique. Néanmoins, à 10 heures le lendemain matin, tout le monde dans le service avait un mouvement d’entrailles. Cette anecdote remonte aux années 1960 et, alors que Gershon admet qu’il n’y a pas eu d’autres rapports sur cette mémoire intestinale, il dit rester ouvert à l’idée.


Curieux d’aller plus loin ?

[notification type=”notification_info” ]
I – Introduction
II – Le facteur bien-être
III – Instincts intestinaux[/notification]

Crédit image À-la-Une : Sam Falconer

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

quatre + 16 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top
Préférences de confidentialité

Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.