[Dossier] La vie au commencement : Caprice de la nature – partie 4

[Dossier] La vie au commencement : Caprice de la nature – partie 4

[Dossier] La vie au commencement : Caprice de la nature – partie 4 1089 461 Sébastien BAGES

La recherche de planètes distantes vient juste de commencer, mais nous avons déjà découvert quelques planètes comme la Terre qui orbite autour d’une étoile. Leurs orbites sont malheureusement trop proches ou éloignées pour être habitables. Cependant, ces découvertes suggèrent que l’habitabilité d’une planète est chose commune dans l’univers. Donc, où sont les aliens ?


[Dossier] La vie au commencement : Caprice de la nature - partie 4

L’émergence de la vie complexe, alors, semble dépendre d’un événement ‘coup d’chance’ unique – l’acquisition d’une simple cellule par une autre. Ces associations peuvent être communes entre les cellules complexes, mais elles sont extrêmement rares dans les plus simples. Et le résultat était loin d’être certain : les deux partenaires intimes sont passés par un grand nombre de co-adaptation difficile avant que leurs descendants puissent s’épanouir.

Cela n’est pas de très bonne augure pour les perspectives de trouver des extraterrestres intelligents. Cela signifie qu’il n’existe pas de trajectoire inévitable dans l’évolution d’une vie simple à complexe. Sans oublier la sélection naturelle, opérant sur des populations infinies de bactéries sur des milliards d’années. Les bactéries n’ont tout simplement pas la bonne architecture. Elles ne devraient pas être énergétiquement limitées, comme elles le sont – le problème ne devient vraiment visible que lorsque l’on regarde ce qu’il faudrait faire pour que le volume et la taille du génome se développent. C’est alors seulement que nous pouvons voir que les bactéries occupent un profond canyon dans un paysage énergétique, à partir duquel elles sont incapables de s’extirper.

Donc, quelle chance pour la vie ? Il serait surprenant que la vie simple ne soit pas commune dans tout l’univers. Les cellules simples sont construites à partir des matériaux les plus omniprésents – l’eau, la roche et le CO2 – et ils sont thermodynamiquement inévitables. « Leur apparition précoce sur la Terre, loin d’être un hasard statistique, est exactement ce à que nous nous attendions », a fait remarquer Nick.

L’hypothèse optimiste de l’équation de Drake, c’est que sur des planètes où la vie est apparue, 1% d’entre elles a donné lieu à une vie intelligente. « Mais si je ne me trompe pas, la vie complexe n’est pas du tout inévitable. Elle n’est née ici qu’une seule fois en quatre milliards d’années, grâce à un événement rare et aléatoire. Il y a tout lieu de penser qu’un étrange accident similaire serait nécessaire partout ailleurs dans l’univers. Rien d’autre n’aurait pu traverser la barrière énergétique de la complexité », selon Nick.


Cette ligne de raisonnement suggère que parmi les planètes comme la Terre où la vie est compatible, très rares sont celles qui peuvent donner naissance à des cellules complexes. Cela signifie qu’il y a très peu de possibilités pour les plantes et les animaux d’évoluer, de trouver une vie intelligente. Donc, même si nous découvrons que des cellules simples ont évolué sur Mars, par exemple, cela ne nous dira pas grand-chose sur la façon dont la vie animale commune est ailleurs dans l’univers.

Tout cela pourrait aider à expliquer pourquoi nous n’avons jamais trouvé le moindre signe de créatures étrangères. Bien sûr, quelques-unes des autres explications qui ont été proposées, telles que la vie sur d’autres planètes mais anéantie par des événements catastrophiques tels que de longs sursauts gamma, avant que des ETs intelligents puissent avoir une chance d’évoluer, pourrait bien être vrai aussi. Si c’est le cas, cela réduit encore énormément la chance de voir d’autres espèces intelligentes dans la galaxie.

Mais… Il se peut aussi que la vie puisse débuter dans notre voisinage planétaire. Si jamais vous les rencontrez, parions sur une chose : ils auront aussi des mitochondries.


Citations de New Scientist, merci pour ce superbe dossier.

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

6 − 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.