C2.0 Actus

Comment communiquer la science visuellement ? – MIT

Comment communiquer la science visuellement ? – MIT

Comment communiquer la science visuellement ? – MIT 852 432 Sébastien BAGES

Parfois la couleur joue, parfois c’est seulement dans la manière de faire.


C’est juste un exemple de l’absence de prescriptions simples sur la manière d’utiliser des matériaux visuels pour communiquer clairement sur des concepts scientifiques ou des résultats de recherche. « Tout dépend des détails », a expliqué patiemment Felice Frankel lors de séminaires au MIT et dans son nouveau livre, Visual Strategies (Stratégies visuelles), publié cet automne par la Yale University Press.

Par exemple, dans l’une des images les plus célèbres de Frankel – qui a fini par orner la couverture de la revue Science – sa décision-clé fut d’ajouter de la couleur à l’eau dans une image initialement produite en une seule tonalité. L’image illustrait une façon de confiner des gouttelettes d’un liquide, de sorte que, même lorsque deux se touchaient, elles ne fusionnaient pas. La version incolore montrait des gouttelettes, mais ne communiquait pas l’essence de ce qui se passait : l’absence totale d’interaction entre elles.

Donc Frankel – maintenant chercheuse au Centre en Science et Génie des Matériaux au MIT – a eu l’idée d’ajouter un colorant à des gouttelettes. Le résultat est une image saisissante dans laquelle des gouttelettes adjacentes sont montrées de façon spectaculaire en couleurs contrastées. Plutôt que de simplement expliquer dans une légende que les gouttelettes sont restées isolées, cette approche démontre réellement ce fait d’une manière qui pourrait être saisie immédiatement, même d’un seul coup d’œil.

Mais la couleur n’est pas toujours la réponse, a noté Frankel – et, en fait, beaucoup de couleurs sont surexploitées ou mal utilisées. Par exemple, dans Visual Strategies, un avant-après montre un cas où les chercheurs ont d’abord utilisé des couleurs pour une image provenant d’un microscope à effet tunnel pour des atomes de fer sur une surface de cuivre. Dans ce cas, fait-elle remarquer, « les couleurs étaient en fait une distraction de quelques-unes des caractéristiques les plus importantes de l’image : un anneau d’atomes qui entoure un ‘corail’ d’électrons dont la distribution de la densité est apparue stationnaire, a montré une bonne résistance. Mais les couleurs que les chercheurs avaient appliquées tendaient à obscurcir les vagues elles-mêmes ». Dans cette image, Frankel a trouvé que l’information la plus importante dans l’image était beaucoup plus évidente lorsque la couleur a été entièrement supprimée.

Comment communiquer la science visuellement ? - MIT

« Les images sont en train de définir ce que notre société est », a dit Frankel, citant l’omniprésence des appareils électroniques avec des affichages toujours plus performants. Ainsi, il devient plus important que jamais d’obtenir des images correctes – et qui demande de la compréhension, de la réflexion et de planification.

Frankel a commencé à travailler avec des scientifiques du MIT en 1994, contribuant à améliorer la clarté et le contenu des photos qu’ils ont soumis à des articles de revues. Son travail a permis à beaucoup de scientifiques de faire un tas de photos de couverture dans des journaux influents tels que Science, Nature et Proceedings of the National Academy of Sciences, ce qui l’a finalement conduit à écrire son premier livre sur la communication visuelle scientifique : ‘Envisioning Science‘ (appuyé par le MIT, en 2002).


Il y a à peu près dix ans, Frankel a également lancé un projet éducatif appelé ‘Imager le savoir‘. L’idée était d’amener les élèves à faire des dessins représentant leur compréhension des concepts de base de leurs enseignements. L’exercice aide les élèves à clarifier leur compréhension tout en donnant aux enseignants une idée claire des idées fausses qu’ils pourraient avoir – et des concepts précis sur lesquels ils ont besoin de plus amples explications.

Donald Sadoway, professeur en chimie des matériaux au département John F. Elliott du MIT, a piloté un programme d’introduction à la chimie dans une classe, il y a quelques années. Il a déclaré que les idées fausses révélées par quelques-uns des dessins ont aidé à revoir la façon dont il a enseigné à sa classe.

Après avoir travaillé à l’Université Harvard et l’Université Duke, Frankel est retournée le printemps dernier au MIT, où elle a animé des ateliers visant à aider les chercheurs à encadrer des concepts-clés de leur travail. Lors d’un atelier au début du mois, plus de 100 participants ont entendu un exposé d’une heure, puis se sont scindés en équipes pour des exercices conçus pour développer leur créativité – et pour aider à trier l’information visuelle utile de l’encombrement visuel.

Pour cet exercice, Frankel a remis le même ensemble de données à chaque équipe, et a demandé à chacun de trouver une façon de représenter visuellement ces données. Les représentations obtenues ont été montrées à l’ensemble du groupe, stimulant la discussion et l’analyse de ce qui a bien fonctionné et de ce qui a moins bien réussi pour communiquer la signification de ces données.

Quelques suggestions pour l’amélioration de la clarté des représentations visuelles, telles que décrites dans son nouveau livre (co-écrit par Angela DePace), sont aussi simples que de repenser la façon dont les images sont disposées sur une page. Par exemple, un jeu d’avant-après des comparaisons dispose d’un graphique montrant les émissions spectrales des nanocristaux de différentes tailles, et une photo montrant ces nanocristaux dans des flacons différents, chacun brillant dans une couleur différente. Frankel a proposé le jumelage des deux images, l’alignement de chaque flacon coloré avec la ligne correspondante sur le graphique, et en montrant ces lignes dans les mêmes couleurs, met l’accent sur la connexion. L’image résultante est non seulement impressionnante visuellement, mais contribue également à rendre l’information plus claire.

Cornelia Dean, journaliste scientifique au New York Times, a écrit dans un article récent sur Frankel qu’elle « aide les chercheurs à utiliser des caméras, microscopes et d’autres outils pour afficher la beauté de la science. Avec son aide, les scientifiques sont passés des images ternes de choses comme de la levure dans un bol ou la surface d’un CD dans un lecteur, à des photographies frappantes telles qu’elles apparaissent souvent sur ​​les couvertures de revues scientifiques et des magazines ».

George Whitesides, chimiste à l’Université de Harvard, et collaborateur de longue date de Frankel, qui a co-écrit deux livres avec elle, a été cité dans un article de Dean disant : « Elle a transformé la face visuelle de la science ».

Frankel a dit, « il est essentiel que les scientifiques portent non seulement une attention particulière à la communication de leurs idées à travers des images fixes, mais aussi de réfléchir à la façon d’animer ou de faire interagir des graphiques qui pourraient contribuer à véhiculer des concepts-clés : ces modes sont de plus en plus courantes dans les publications en ligne et les revues à destination des tablettes ».

Offrir une telle imagerie dynamique, a-t-elle dit, « ouvre une autre porte » qui peut aider à transmettre d’une manière de plus en plus engageante – si elle est utilisée judicieusement. « Il y a plus d’outils pour créer des documents visuels, ce ne sont plus des choses inesthétiques », a-t-elle conclut.


 

Aller plus loin (anglais) :

Citations du MIT
Crédit médias : MIT / Frankel

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

4 commentaires
  • Comment communiquer la science visuellement ? – MIT | Enseignement, Recherche et médiation scientifique | Scoop.it 3 novembre 2012 à 12h43

    […] Parfois la couleur joue, parfois c’est seulement dans la manière de faire. C’est juste un exemple de l’absence de..  […]

  • Comment communiquer la science visuellement ? – MIT | Médiation scientifique et culturelle | Scoop.it 4 novembre 2012 à 18h36

    […] Parfois la couleur joue, parfois c’est seulement dans la manière de faire. C’est juste un exemple de l’absence de..  […]

  • Comment communiquer la science visuellement ? – MIT | Espace Mendes France, Poitiers | Scoop.it 15 novembre 2012 à 17h32

    […] Parfois la couleur joue, parfois c’est seulement dans la manière de faire. C’est juste un exemple de l’absence de..  […]

  • Comment communiquer la science visuellement ? | Culture scientifique et technique | Scoop.it 16 novembre 2012 à 10h55

    […] Parfois la couleur joue, parfois c’est seulement dans la manière de faire. C’est juste un exemple de l’absence de..  […]

Laisser une réponse

cinq + 10 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top
Préférences de confidentialité

Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.