Casser le code épigénétique

Casser le code épigénétique

Casser le code épigénétique 810 486 Sébastien BAGES

Une équipe de chercheurs de l’Université Nationale d’Australie a fait un pas de plus vers une meilleure compréhension du fonctionnement des organismes, après avoir découvert comment l’information épigénétique est transmise d’une génération de cellules à l’autre.


Le chercheur principal, Dr David Tremethick, de l’École en Recherche Médicale John Curtin, a déclaré que développer une meilleure compréhension de ces processus épigénétiques a d’importantes implications potentielles pour la santé humaine, en particulier le traitement et la prévention de maladies comme le cancer.

Les résultats ont été publiés dans un nouvel article sur le site internet de Nature Structural & Molecular Biology.

L’épigénétique est une science récente en génétique. Les mécanismes épigénétiques vont au-delà de l’information stockée dans l’ADN, pour fournir une couche supplémentaire de données qui commandent quand et où les gènes sont exprimés. Elle détermine quelle fraction des 20.000 gènes, qui composent le génome humain, entrent en jeu pour s’assurer que les bons gènes soient exprimés dans un type de cellule. Cette information épigénétique doit être transmise aux générations suivantes ou ‘hérité’ pour que les cellules fonctionnent correctement tout au long de nos vies.

« Nous savons que les cellules se régénèrent tout le temps et que l’information épigénétique doit donc être sans cesse restaurée, la question est de savoir comment cela se passe réellement », a déclaré le Dr Tremethick.

« Notre étude a porté sur cette importante question sans réponse, en étudiant comment l’information épigénétique est rétablie à la suite de la division cellulaire de cellules souches, ce qui est essentiel pour leur renouvellement.

« En utilisant des cellules souches de souris comme système modèle, nous avons découvert que l’héritage de l’information épigénétique, comment l’information est transmise, était beaucoup plus dynamique et instable que nous nous y attendions ».

« Du point de vue de la santé, cela a deux conséquences : positives et négatives. D’une part, cette instabilité ouvre la possibilité à l’information d’être corrompue, car elle est passée de cellule en cellule, provoquant des maladies. D’autre part, elle souligne le potentiel d’être un jour en mesure d’intervenir dans le processus de correction des informations corrompues ou d’arrêter sa transmission à une autre génération ».

« La prochaine étape est de comprendre comment ces informations épigénomique sont naturellement modifiées pour permettre la bonne transition d’une cellule souche à une cellule de lignée engagée, qui se développe pendant la période embryonnaire humaine. Ceci, à son tour, permettra une meilleure compréhension de la façon dont ce processus d’héritage ne ​​va pas, dans des maladies telles que le cancer ».

Dr Tremethick a signalé que les dernières avancées en matière de techniques de séquençage de l’ADN ont permis une révolution dans le domaine de l’épigénétique, où l’École en Recherche Médicale John Curtin est devenue participante internationale majeure.

« Nous sommes impatients d’obtenir des résultats plus positifs de notre programme de recherche et de contribuer aux progrès mondiaux dans ce domaine de pointe qu’est l’épigénétique », a-t-il conclut.


Citations de Science Alert, via Expert Guide
Crédit image À-la-Une : En utilisant de cellules souches de souris, les chercheurs ont constaté que la transmission de l’information épigénétique entre les cellules est plus dynamique et instable que prévu. – © Deliormanli / iStock

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

2 commentaires
  • Civilisation 2.0 : "Casser le code épigénétique | Technos et humain | Scoop.it 22 octobre 2012 à 21h12

    […] Une équipe de chercheurs de l’Université Nationale d’Australie a fait un pas de plus vers une meilleure compréhension du fonctionnement des organismes, après avoir découvert comment l’information épigénétique est transmise d’une génération de cellules à l’autre…°°°°°°°°°°°°°Australian National University-John Curtin School of Medical Research//Dr David Tremethick : http://jcsmr.anu.edu.au/News-events/22oct2012/cracking-epigenetic-code  […]

  • Casser le code épigénétique | Post-Sapiens, les êtres technologiques | Scoop.it 30 octobre 2012 à 0h03

    […] Une équipe de chercheurs de l’Université Nationale d’Australie a fait un pas de plus vers une meilleure compréhension du fonctionnement des organismes, après avoir découvert comment l’information épigénétique est transmise d’une génération de cellules à l’autre.  […]

Laisser une réponse

20 − quinze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.