C2.0 Actus

Avatar, la première génération au CNRS-AIST ?

Avatar, la première génération au CNRS-AIST ?

Avatar, la première génération au CNRS-AIST ? 956 477 Sébastien BAGES

Une interface cerveau-ordinateur utilisée pour commander des mouvements et des actions d’un robot androïde. Des chercheurs du laboratoire du CNRS-AIST Joint Robotics et du groupe CNRS-LIRMM Interactive Digital Human, travaillent ensemble sur les moyens de contrôler des robots par la seule pensée.


« Fondamentalement, nous tenons à créer des dispositifs qui permettent aux gens de se sentir incarné dans le corps d’un robot humanoïde », a expliqué Abderrahmane Kheddar, professeur et directeur au Laboratoire Joint Robotics à CNRS-AIST. « Pour ce faire, nous essayons de développer des technologies d’interfaces Cerveau-Ordinateur (BCI) lisant dans les pensées des gens, puis essayions de voir jusqu’où nous pouvons aller dans l’interprétation des signaux des ondes cérébrales, avec pour objectif de les transformer en actions devant être réalisées par le robot ».

Avatar, la première génération au CNRS-AIST ?

L’interface se sert de symboles clignotants qui orientent le robot et l’aide à interagir avec l’environnement qui l’entoure.

« Basiquement, ce que vous voyez est comment avec un modèle, appelé le SSVEP, nous composons avec la capacité à associer le scintillement des choses à des actions, c’est ce que nous appelons l’affordance. Ce qui signifie que nous associons des actions à des objets, et ensuite, nous ramenons cet objet à l’attention des l’utilisateurs, puis en concentrant l’intention de l’utilisateur, celui-ci est capable d’induire des actions qu’ils souhaitent effectuer avec le robot, et cela est alors traduit [dans la réalité] ».

« Il est coiffé d’un bonnet perforé d’électrodes qui nous ont permises de lire les activités électriques du cerveau transférés au PC et passant par une unité de traitement du signal, classant ainsi ce que pense l’utilisateur ». Comme vous le voyez sur l’image ci-dessous, il y a plusieurs icônes qui peuvent être associées à des tâches ou bien se mettre à clignoter automatiquement lorsque vous pouvez reconnaître un objet, et à des fréquences différentes. Les scientifiques ont la possibilité d’intercepter la fréquence à laquelle l’utilisateur concentre son attention et ensuite sélectionner cet objet. Pour terminer, et puisque l’objet est associé à une tâche, alors il est facile de charger le robot du travail qu’il doit accomplir.


Avatar, la première génération au CNRS-AIST ?

« Les applications visées sont à destination des tétraplégiques ou paraplégiques qui utiliseront cette technologie pour se mouver à l’aide du robot, où, par exemple, un patient à Rome serait capable de piloter un robot humanoïde pour faire du tourisme au Japon ».

 

Aller plus loin… (anglais) :


Citations de DigInfo
Crédits médias : © DigInfo / Don Kennedy
Lien supplémentaire : AIST

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

4 × 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back to top
Préférences de confidentialité

Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.