Autoassemblage : du nano au millimètre

Autoassemblage : du nano au millimètre

Autoassemblage : du nano au millimètre 623 396 Sébastien BAGES

Les technologies se basant sur l’autoassemblage pourront-elles offrir des avantages supérieurs aux approches classiques de conception de nos outils ?


Pour assurer la survie de la loi de Moore et le succès de l’industrie de la nanoélectronique, des techniques de fabrication alternatives se doivent d’émerger afin d’offrir des avantages qui surpassent la structuration classique de haut en bas pour la conception de tout produit. Ce champ complexe de recherche est très activement en exploration.

Un effort conjoint de l’Université Aalto d’Helsinki, le centre Politecnico di Milano, et le Centre de recherche technique VTT de Finlande, a démontré qu’il est possible d’aligner des structures moléculaires autoassemblées de l’échelle nanométrique à l’échelle millimétrique sans intervention de stimuli externes.

auto-assemblage

L’autoassemblage moléculaire est un concept mimétique de la nature qui conduit à l’organisation spontanée de molécules dans des structures plus complexes supramoléculaires et fonctionnelles [définition, voir chimie supramoléculaire]. La recette est « codée » dans la structure chimique des molécules d’autoassemblage.

L’autoassemblage moléculaire a été exploité pour les dispositifs « structurants » fonctionnels, les fils moléculaires, des éléments de mémoire, etc. Cependant, il a généralement besoin de mesures de traitement additionnels pour obtenir un prolongement de l’alignement des structures.

La récente découverte a montré que grâce à d’ingénieux éléments de reconnaissance entre les polymères et les petites molécules fluorées, il a été possible de façonner leur autoassemblage spontané de l’échelle du nanomètre à celle du millimètre, grâce à l’utilisation judicieuse des interactions non-covalentesou effets d’environnement conduisant aux phénomènes d’organisation supramoléculaire et de reconnaissance moléculaire [Source Faculté de Chimie à l’Université de Strasbourg]. Après le traitement, les fluoromolécules libérées peuvent éventuellement être éliminées lors du conditionnement thermique.

Ce concept ouvre de nouvelles voies pour les nanoconstructions de grande envergure, par exemple dans la fabrication de nanofils – ce qui est d’ailleurs actuellement à l’étude.

Plus d’informations dans la publication sur la revue scientifique Nature Communications sous la référence DOI: 10.1038/ncomms5043.


Citations de New Scientist
Crédit média : © Université Aalto

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

Laisser une réponse

vingt − cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.