[MàJ-2] À quoi ressembleront les médecines de demain ?

[MàJ-2] À quoi ressembleront les médecines de demain ?

[MàJ-2] À quoi ressembleront les médecines de demain ? 680 383 Sébastien BAGES

Notre ONG CIVILISATION 2.0, vous informe d’un événement d’envergure présenté par le Groupe polytechnicien X-Recherche : une conférence sur les Médecines de demain, le mardi 10 février 2015, dès 18h30, à l’École Polytechnique (Palaiseau), en son amphithéâtre Pierre Curie.

 

Présentation

Les avancées du savoir, les développements technologiques, particulièrement informatiques, l’évolution des modes de vie et des organisations, les contraintes économiques et politiques vont fortement impacter les pratiques médicales de demain, tant pour la prise en charge des maladies actuelles que pour celle des maladies émergentes. X-Recherche propose d’explorer les évolutions possibles à travers 5 interventions de spécialistes du domaine :

  • Comment la génétique va faire évoluer la médecine demain : mythes et réalités ? Par Ségolène Aymé, directrice de recherche à l’INSERM.
  • Lutter contre les infections résistantes aux antibiotiques associe étroitement santé publique, recherche biomédicale et secteur privé. Par Brigitte Gicquel, directrice d’équipe à l’Institut Pasteur de Paris et Shanghai.
  • Les médicaments anti-infectieux, quel progrès ! Mais quel problème ! Par Laurent Gutmann, professeur de microbiologie, Chef de service à l’hôpital Européen Georges Pompidou.
  • Des gestes médico-chirurgicaux assistés par ordinateur à la conception de robots médicaux implantables autonomes. Par Philippe Cinquin, professeur d’informatique médicale à l’université Joseph Fourier et praticien hospitalier au CHU de Grenoble.
  • De la chirurgie ouverte à la chirurgie mini-invasive robotisée: rôle de la technologie dans l’évolution de la chirurgie. Par Laurent Salomon, professeur des Universités – Praticien Hospitalier dans le service d’Urologie au CHU Henri Mondor.

Cette table ronde sera présentée et modérée par Daniel-Philippe de Sudres, membre d’X-Recherche.

 

Les intervenants

[dropcap]C[/dropcap]omment la génétique va faire évoluer la médecine demain : mythes et réalités ? Par Ségolène Aymé, directrice de recherche à l’INSERM.

La génétique est donnée comme une des disciplines introduisant une vraie révolution en médecine, celle qui devrait nous donner plus de contrôle sur notre destin. Il est vrai qu’elle est à l’origine d’une vraie explosion des connaissances et génère une quantité telle de données que nul au monde ne sait comment la gérer. Pourtant les usages pratiques dans le domaine de la médecine prédictive sont modestes aujourd’hui et ont toute chance de le rester pour des raisons qui seront présentées. En revanche d’autres usages en médecine voient le jour, dans le développement de nouvelles thérapies par exemple, à condition de remettre à sa place la génétique qui n’est qu’un des éléments du fonctionnement du vivant en systèmes complexes et interconnectés.

[notification type=”notification_info” ]Ségolène Aymé, médecin généticienne et épidémiologiste de formation, est directrice de recherche émérite à l’INSERM. Elle est la créatrice d’ORPHANET site de référence mondial dédié aux maladies rares et aux médicaments orphelins et est éditrice en chef de l’ « Orphanet Journal of Rare Diseases ». Elle préside le comité d’experts maladies rares de l’Union Européenne (EUCERD, devenu la Commission expert group on rare diseases) ainsi que le « Topic Advisory Group » de l’OMS pour la révision de la Classification Internationale des Maladies dans le domaine des maladies rares [Ext]. Par ailleurs elle coordonne le secrétariat scientifique de l’IRDiRC (International Rare Diseases Research Consortium).[/notification]

[dropcap]L[/dropcap]utter contre les infections résistantes aux antibiotiques associe étroitement santé publique, recherche biomédicale et secteur privé. Par Brigitte Gicquel, directrice d’équipe à l’Institut Pasteur de Paris et Shanghai.

Cette communication portera sur l’évolution des bactéries responsables d’infections vers la résistance à de nombreux antibiotiques et la recherche de nouveaux traitements thérapeutiques pour des infections posant des problèmes majeurs de santé publique comme la tuberculose.

[notification type=”notification_info” ]Brigitte Gicquel est coordinatrice du projet européen NAREB (Nanotherapeutics for Antibiotic Resistant Emerging Bacterial pathgens). Les deux équipes de recherche qu’elle dirige, l’une à l’Institut Pasteur à Paris et l’autre à l’Institut Pasteur à Shanghai travaillent sur la résistance aux antibiotiques et à la recherche de nouvelles molécules thérapeutiques et voies d’administration.[/notification]

[dropcap]L[/dropcap]es médicaments anti-infectieux, quel progrès ! Mais quel problème ! Par Laurent GUTMANN (hôpital Européen Georges Pompidou)

Les médicaments anti-infectieux associés aux mesures d’hygiène ont permis, en particulier dans les pays riches, de réduire de manière considérable la place des maladies infectieuses en terme de mortalité. Il n’en reste pas moins que les micro-organismes pathogènes sont des organismes vivants capables de se transformer et comme les humains de répondre à une attaque ciblée. Ceci conduit au paradigme suivant que les traitements anti-infectieux sont eux-mêmes la cause du problème qu’ils sont censés combattre. Il faut donc raisonner dans le temps en prenant en compte des problèmes de politique de santé, de politique industriel des médicaments et de relations internationales.

[notification type=”notification_info” ]Laurent GUTMANN, Professeur de microbiologie, Chef de service à l’hôpital Européen Georges POMPIDOU. Chercheur au sein de l’équipe 12 UMR 872 sur la résistance aux antibiotiques, membre du conseil scientifique de l’Institut de Microbiologie et maladies infectieuses (IMMI), membre du conseil d’organisation du joint programming initiative européen pour la résistance aux antibiotiques (JPIAMR).[/notification]

[dropcap]D[/dropcap]es gestes médico-chirurgicaux assistés par ordinateur à la conception de robots médicaux implantables autonomes par Philippe Cinquin (TIMC-IMAG).

Sa communication portera sur la conception de systèmes, éventuellement robotisés et miniaturisés, permettant au chirurgien d’améliorer la qualité de ses interventions et de prolonger son action par des dispositifs implantables autonomes.

[notification type=”notification_info” ]Philippe Cinquin est mathématicien, médecin, pionnier de l’informatique médicale, initiateur de la recherche sur les gestes médico-chirurgicaux assistés par ordinateur, directeur de laboratoire dans le domaine de l’ingénierie médicale et de la complexité, enseignant-chercheur et inventeur en matière de robotique médicale.[/notification]

[dropcap]D[/dropcap]e la chirurgie ouverte à la chirurgie mini-invasive robotisée : rôle de la technologie dans l’évolution de la chirurgie par Laurent Salomon (CHU Henri Mondor).

Depuis la fin du 20ème siècle l’apparition de la chirurgie mini-invasive, et depuis 15 ans, l’existence de la chirurgie robotisée ont permis des progrès chirurgicaux améliorant les suites opératoires tout en offrant au patient des conditions de sécurité équivalentes. Ces techniques permettent de réaliser les mêmes actes chirurgicaux mais avec des traumatismes moindres et moins de douleurs post opératoires pour le patient. La miniaturisation, la numérisation et l’informatisation vont continuer à apporter les outils permettant ces progrès chirurgicaux. Néanmoins, il reste toujours nécessaire d’évaluer ces nouvelles technologies avant d’affirmer qu’elles apportent un bénéfice au patient.

[notification type=”notification_info” ]Laurent Salomon est professeur des Universités – Praticien Hospitalier dans le service d’Urologie de M. le Pr de la Taille au CHU Henri Mondor. Docteur en Sciences, il est fortement investi dans une activité de cancérologie urologique (en particulier dans le cancer de la prostate) et de transplantation rénale et pancréatique. Il a participé au développement de la chirurgie mini-invasive et fait parti des pionniers de la chirurgie robotique.[/notification]

[divider] [/divider]

Questions

Suite aux nombreuses questions qui nous ont été retournées, l’ONG CIVILISATION 2.0 est partie en quête de réponse afin d’être le plus exhaustif possible. Le Groupe X-Recherche a fourni rapidement les solutions aux interrogations que voici :

[toggle title=”L’événement est-il tout public ?”]Oui, il l’est. Tout le monde peut y assister[/toggle]
[toggle title=”Comment peut-on s’y rendre ?”]Toutes les indications sont disponibles ici pour la route, le train et la localisation précise du lieu. Un document encore plus détaillé avec le bâtiment est disponible sur ce lien : Comment se rendre à l’école polytechnique[/toggle]
[toggle title=”L’entrée est-elle payante”]Non, la conférence est gratuite.[/toggle]
[toggle title=”Il y aura-t-il une retransmission vidéo en direct ?”]Pour le moment aucune retransmission vidéo n’a été prévue. Par contre un enregistrement audio sera effectué et mis à disposition des membres du groupe X-Recherche.[/toggle]
[toggle title=”Puis-je être membre ?”]Pour ces informations, rendez-vous sur le site du Groupe X-Recherche : Inscription[/toggle]

[divider] [/divider]

 

Vidéo de la conférence

La conférence qui s’est tenue le 10 février 2015 à l’Ecole Polytechnique, sur les “médecines de demain”, présentée et modérée par Daniel-Philippe de Sudres, membre d’X-Recherche, a donné la parole, pour répondre à ses questions, à cinq chercheur(e)s de renom (Ségolène Aymé, Brigitte Gicquel, Laurent Gutmann, Philippe Cinquin et Laurent Salomon). Elle est en ligne ici :
[toggle title=”Voir la conférence (cliquez pour dérouler)”]

[/toggle]

Share
Sébastien BAGES
About the author

Sébastien BAGES

Plus de trois années de travail passionné sur Civilisation 2.0 Actus, et fondateur de l'association Civilisation 2.0, je mets à contribution mon expertise de veille technique et scientifique, mon analyse de chef de projet, mon engouement pour la science et ses outils, et mon expérience dans le développement stratégique afin d'offrir à tous ce qui en résulte.

4 commentaires
  • Avatar
    Jérémy Bouchez 26 janvier 2015 à 20h35

    Bonjour,

    Je suis l’éditeur du blogue Hinnovic sur les innovations en santé à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. Nous aimerions savoir si cet événement va être retransmis en vidéo ou en direct et comment y participer le cas échéant.

    Merci!

    • Sébastien BAGES
      Sébastien BAGES 27 janvier 2015 à 12h56

      Bonjour,

      Suite à de nombreuses demandes similaires, nous avons envoyé une liste de questionnements. Nous mettrons à jour l’article dès le retour de ces réponses, et enverrons des courriels aux personnes désirant être informées des compléments

      Cordialement

    • Sébastien BAGES
      Sébastien BAGES 27 janvier 2015 à 18h37

      Bonjour,
      l’article a été mis à jour avec les informations nécessaires.
      Pour toute question, nous essaierons de nous tenir à votre disposition

  • La conférence a l’air intéressante, mais un aspect me frappe : on dirait que la seule évolution envisagée nous amène vers toujours plus de technologie… On ne voit pas où l’on parlerait des hôpitaux qui grognent faute de personnel, des patients qui se plaignent d’être traités comme des machines… Et pourquoi pas une médecine avec une utilisation virtuose de l’effet placebo ? Ou une forme d’éducation à la santé qui permettrait de résoudre de nombreuses difficultés avant qu’elles n’enflent en problèmes insurmontables ? Le titre de la conférence vise à attirer du monde, j’en convient. Malheureusement je crois que si la médecine de demain est avant tout ce qui est décrit, elle s’écroulera sous le poids de tous les malades qui vont venir toquer à la porte des hôpitaux au lieu de veiller à leur santé 😉 Cela dit, félicitations pour cet événement de prestige.

Laisser une réponse

8 + 14 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

        Back to top
        Préférences de confidentialité

        Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici, vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir un impact sur votre expérience sur notre site Web et les services que nous sommes en mesure d'offrir.

        Cliquez pour activer / désactiver le code de suivi Google Analytics.
        Cliquez pour activer / désactiver les polices Google.
        Cliquez pour activer / désactiver Google Maps.
        Cliquez pour activer / désactiver les intégrations vidéo.
        En poursuivant votre navigation, sans changer les paramètres de votre navigateur, vous acceptez l'utilisation de cookies pour garantir une bonne expérience sur notre site.